Magazine Bébé

Star Academy 7 : La quotidienne du 16/11/07 en vidéo + Interview d'Antoine

Publié le 17 novembre 2007 par Willy



 


S A Quoti du 16 Nov
Envoyé par azmichael dans People sur wat.tv




Le candidat réunionnais a frôlé la nomination

CLICANOO.COM | Publié le 17 novembre 2007


Malgré de mauvaises notes qui ont failli lui coûter sa place au château,
Antoine garde le sourire. (Photo Nils HD TF1)


Cette semaine a failli être fatale pour Antoine. “Pré-nominé” à la suite d’évaluations jugées insatisfaisantes, il ne doit son retour au château qu’aux rattrapages qui ont suivi. Après avoir versé quelques larmes, il retrousse à nouveau ses manches, avec la ferme intention d’aller le plus loin possible dans l’aventure.



La semaine a été chargée en émotions, on vous a vu beaucoup pleurer après les résultats des évaluations. Vous craquez ?

C’est toujours un choc d’apprendre que l’on est à deux doigts d’être “nominé”. Tout à coup, la pression monte et devient difficile à supporter. Au lendemain du rattrapage, j’ai essayé de me lever de bon pied. J’ai finalement été sauvé par les professeurs, mais ces nominations me bouleversent : je me suis attaché aux trois élèves qui risquent leur place et je serai triste lorsque l’’un d’eux partira.

Vous avez été sauvé de justesse. Les évaluations sont-elles si difficiles ?

Contrairement aux autres élèves, je n’ai aucune expérience de la scène. La Star Academy est une bonne école, qui me permet d’avancer dans l’apprentissage du métier. Est-ce que c’est dur ? Je ne sais pas… Tout dépend peut-être des critères exigés. Tout le monde ici a un bon niveau, même les nominés.

À votre avis, quels sont vos points faibles ? Sur quoi devez-vous travailler le plus ?

L’interprétation, ou plutôt la ré-interprétation. S’approprier une chanson, ce n’est pas si difficile. La partager avec quelqu’un d’autre, en revanche, devient plus compliqué. Personnellement, je ne pense pas être bon dans un registre et mauvais ailleurs, je suis seulement moyen partout. C’est pour cela, que je dois travailler sans relâche.

Y a-t-il des cours qui vous sont plus profitables que d’autres ?

Tous les cours ont leur utilité. Ceux de Richard Cross me font avancer vocalement, le sport me permet de travailler le mental, la danse de me mouvoir… Ils sont tous indispensables.

Depuis peu, les cours sont redevenus obligatoires pour tout le monde. Comprenez-vous cette décision de la direction ?

Elle est légitime, en tout cas. Lorsqu’on nous laissait le choix d’assister ou non aux cours, nous en rations systématiquement. L’avantage était de pouvoir récupérer le manque de sommeil le matin, après une soirée agitée. Mais cette décision ne me dérange pas outre mesure, car jusqu’ici, j’en ai raté très peu.

Êtes-vous toujours aussi confiant et déterminé pour la suite des aventures ?

Plus que jamais. Les choses commencent à devenir plus intéressantes et ma pré-nomination m’a reboosté.

Vous allez bientôt enregistrer votre premier album et deux singles avec les autres élèves du château. J’imagine que cette perspective vous enchante

Et comment ! Je suis très content, car c’est la première fois que je vais enregistrer un titre dans un studio. Enfin, j’aurai un CD avec ma voix !

Mercredi, vous avez tous eu la permission de quitter le château pour assister à la comédie musicale Cabaret aux Folies Bergères. Comment ça s’est passé ?

C’était exceptionnel ! Je n’ai pas souvent l’occasion d’assister à un spectacle d’aussi grande envergure et il s’agissait de mon premier spectacle-cabaret. Les décors étaient sublimes, les comédiens très bons… Au-delà du spectacle, nous avons pu profiter d’une journée hors du château, ce qui nous a permis de souffler un peu.

Vous avez aussi fait la connaissance des membres de la troupe. Que retenez-vous de cette rencontre ?

Ces gens connaissent leur métier. Ils donnent des centaines de représentations tous les ans, ils savent de quoi ils parlent. Leurs conseils nous ont été très utiles.

Avez-vous rencontré des fans de la Star Academy ?

Non, car nous sommes toujours très encadrés. D’ici quelque temps, peut-être que nous aurons enfin la chance de rencontrer nos fans.

Vous êtes enfermés au château depuis quatre semaines, maintenant. Si on vous donnait 24 heures de liberté, que feriez-vous ?

Je prendrais un jet et je m’envolerais pour la Réunion. Je ferais de gros bisous à mes parents, je passerais du temps avec ma copine et je me baladerais avec mes amis. Puis, je retournerais au château.

Est-ce qu’on s’habitue aux caméras ? Ou est-ce aussi contraignant qu’au début ?

On ne s’habitue pas réellement, on les oublie un peu, c’est tout. De toute façon, je ne cherche pas à jouer un jeu. J’essaie d’être moi-même.

Ces dernières semaines, on a vu certains élèves craquer et prêts à faire leurs valises pour rentrer chez eux. Cela vous est-il arrivé de vouloir tout abandonner ?

Non, car j’ai conscience de vivre quelque chose d’énorme. Nous sommes en permanence sous pression et quatre mois d’intenses activités, surtout quand on est enfermé, paraissent longs. Bien sûr, il y a des choses qui me soûlent, mais si je m’arrête maintenant, je le regretterai plus tard. Alors, je prends sur moi.

Propos recueillis par Nathalie Techer - http://www.clicanoo.com/


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Willy 401 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte