Magazine Cinéma

La rédemption de Rio Jim – The return of Draw Egan

Par Tepepa
La rédemption de Rio Jim – The return of Draw Egan1916
William S. Hart

Avec : William S. Hart, Robert McKim, Louise Glaum
C’est amusant de voir que l’archéologie du western muet produit les mêmes résultats que l’archéologie du western spaghetti, en terme de réflexion sur notre propre capacité à distinguer le bon du mauvais. Nous voilà confrontés à des films qui font bailler – ou rire - le commun des mortels, et nous on cherche la petite bête, le petit truc en plus qui fait que tel ou tel film va être légèrement au-dessus de la production moyenne. Une scène outrée, un rictus encore jamais vu chez un acteur, un mouvement de foule saisissant, et on se dit « this is it », ou plutôt on voudrait se dire « this is it », toujours à la recherche de la perle, du petit chef d’œuvre exhumé, en une quête toujours renouvelée.
The return of Draw Egan n’est donc pas un chef d’œuvre, malgré ce rictus d’amusement intérieur qui marque la face de marbre de l’acteur William S. Hart à chaque fois que son personnage est confronté à une situation inédite. Bandit de grand chemin, Draw Egan devient en effet Marshall de Yellow Dog (une ville voisine de Broken Hopes, où « le seul péché impardonnable est d’être trop curieux sur le passé des autres », une fois de plus, la poésie des noms de lieu et la qualité des intertitres me laissent sans voix), et prendra soudainement très à cœur sa nouvelle mission après son usuel coup de foudre avec la fille d’un notable (Margery Wilson).
Comme dans Hell’s hinges, le notable véreux est encore un personnage inconnu dans le paysage du western. Les complets vestons favoris sont ici les représentants de la civilisation respectable. Les cowboys rigolards et les putes en sont la lie : Robert McKim, débraillé, moustache tombante et œil torve fait partie des uns, Louise Glaum, vulgaire et d’une beauté abîmée fait partie des unes. Comme dans le western spaghetti, on retrouve donc les mêmes acteurs et les mêmes actrices de film en film, évoluant sur les mêmes décors (ces villes toutes semblables, ce chemin serpentant dans la montagne toujours propice aux poursuites et aux attaques de diligences). En terrain connu donc, William S. Hart, toujours impeccable, roule sa cigarette d’une main et craque son allumette de l’autre (sur la paume calleuse, la flamme sortant tel un numéro illusionniste), d’une indifférence apparente au mastard menaçant auquel il tourne pourtant le dos. « Si j’avais su qu’ils acceptaient les animaux dans ce saloon, je serai venu avec mon cheval » répond-il à la forte gueule. On y est encore, ça a beau dater de 1916, c’est bien du western. La violence relativement rare de The return of Draw Egan est malgré tout sèche et rapide, à l’image du duel final ou Egan utilisera à son avantage les reflets des vitres à l’encontre du pauvre McKim. Ajoutez à cela les habituels atermoiements moraux du bon-bandit-qui-veut-se-racheter-par-amour-mais-qui-ne-veut-pas-que-sa-belle-découvre-son-passé-trouble, et vous obtenez un bon William S. Hart, standard, bien fait, comme d’habitude quoi. Mais avec un petit rictus en plus que je n’avais pas encore vu sur le visage de l’acteur…
PS : comme pour le western spaghetti, les titres français révèlent le grand irrespect des distributeurs français. Bien que le personnage joué par Hart ne soit jamais le même de film en film, les titres français sont tous à base de « Rio Jim », personnage aussi inexistant que la série virtuelle ainsi créée. Et il devient assez dur de s’y retrouver. Ainsi La rédemption de Rio Jim est un titre qui demande confirmation, d’autres sources attribuant le titre La Capture de Rio Jim à ce film. Il faut dire que les titres anglais ne sont pas toujours sûrs non plus puisqu'au cours des années 20, après que Hart ait quitté la Triangle/Kay Bee, ses premiers westerns étaient ressortis sous d’autres titres, Hart étant alors en compétition avec lui-même pour ses nouveaux films. The return of Draw Egan est aussi connu sous le titre The fugitive selon certaines sources, The fugitive correspondant à un titre altenatif de The taking of Luke McVane selon d’autres, qui aurait alors pour titre français La capture de Rio Jim, ces mêmes sources attribuant alors le titre La rédemption de Rio Jim à The conversion of Frosty Blake. Comme il n’y a pas de capture du héros dans The return of Draw Egan, mais plutôt une rédemption, je penche plutôt pour La rédemption de Rio Jim comme titre français de The return of Draw Egan, et la Capture de Rio Jim correspondrait plutôt à The taking of Luke McVane. Néanmoins, rien n’est moins sûr, heureusement ça n’empêchera pas le monde de tourner.
Où le voir : DVD Grapevine video, avec un petit court-métrage comique de la Keystone: Droppington’s family tree, avec Chester Conklin, un acteur comique totalement oublié aujourd’hui.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Brothers, de Jim Sheridan

    Brothers, Sheridan

    Film de Jim Sheridan (2010) Avec Jake Gyllenhaal, Natalie Portman, Tobey Maguire, Mare Winningham, Sam Shepard, Bailee Madison, Taylor Geare, Patrick Flueger,... Lire la suite

    Par  Missacacia
    CINÉMA, CULTURE, SÉRIES
  • De l'eau, du rugby, et Jim Carrey

    l'eau, rugby, Carrey

    Le temps s’est arrêté. Non, il s’est étiré. Les minutes ont semblé heures. Les jours, semaines. Peu de cinéma. Pas d’écriture. Une forte envie de ne pas se... Lire la suite

    Par  Tred
    CINÉMA, CULTURE
  • BROTHERS, film de Jim SHERIDAN

    BROTHERS, film SHERIDAN

    Synopsis : Sam & Grace forment un couple parfait et sont les parents de deux petites filles. Sam est envoyé par l'ONU en mission à l'étranger et confie à... Lire la suite

    Par  Geybuss
    CINÉMA, CULTURE
  • Brothers, de Jim Sheridan

    Brothers, Sheridan

    Au commencement du projet, une guerre et une histoire. Celle d’Afghanistan et de deux frères radicalement opposés. « La base de l’histoire reste inchangée. Lire la suite

    Par  Vivons_curieux
    CINÉMA, CULTURE
  • Passionnément Jim Carrey

    Passionnément Carrey

    Aujourd'hui, j'ai décidé de vous parler de mon acteur fétiche, capable de jouer tous les rôles possibles et imaginables, un pur génie de la comédie qui détonne... Lire la suite

    Par  Poisseman
    CINÉMA, CULTURE, HIGH TECH, JEUX VIDÉO, LIVRES
  • Jim Carrey hébergera des manchots !

    Carrey hébergera manchots

    Le roman pour la jeunesse M. Popper et ses manchots, écrit en 1938 par Richard et Florence Atwater, va être porté sur grand écran par les studios Fox. Lire la suite

    Par  Dime
    CINÉMA, CULTURE
  • The Jim Carroll Band

    Carroll Band

    Catholic Boy (1980)   Dry Dreams (1982) Lire la suite

    Par  Skydog Fillmore
    CULTURE, MUSIQUE, POP/ROCK

A propos de l’auteur


Tepepa 37 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines