Magazine Culture

La diagonale de la défaite

Par Jean-Philippe Immarigeon

C’était déjà le temps de la fin de l’histoire et du monde globalisé, de la fascination aveugle pour la technologie et de la mise en équation de la guerre sur le modèle de la gestion d’entreprise : nous allions vaincre parce que nous étions les plus forts. Et ce fut la débâcle de 1940.

En avons-nous tiré les leçons ? Rien n’est moins certain. Je poursuis ici l’analyse menée depuis une décennie de la politique des Etats-Unis par une hypothèse originale : notre échec de 1940 annonce la faillite américaine de 2010. La France n’avait pas une guerre de retard mais une défaite d’avance.

B1bis_01

Car raconter 1940 c’est constater qu’à soixante-dix ans d’intervalle ce sont les mêmes erreurs stratégiques qui sont refaites par des dirigeants qui ne s’appellent plus Pétain, Gamelin ou Daladier mais qui, comme leurs aînés, se réfugient derrière une pensée Ligne Maginot de sécurisation totale, et croient que l’accumulation de moyens exorcisera cet imprévu qu’ils continuent de qualifier de terroriste. Comme eux, ils pensent une guerre qui n’existe pas. Et comme eux, ils la perdent.

Jean-Philippe Immarigeon, La diagonale de la défaite, Bourin Editeur, le 16 avril 2010

280 pages, 19 euros, ISBN 9782849411698



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jean-Philippe Immarigeon 35 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte