Magazine Beaux Arts

L'étrange et macabre Maurice Rollinat

Par Bernard Vassor
Dans sa retraite de Fresselines "Elle est, je crois, très nature, cette promenade à travers les ténèbres, d'un poète horriblement triste et que la névrose hallucine jusqu'à la folie :
"Où vais-je ?
Nuit noire comme un drap de morts,
Sois plus épaisse !
Je ris de votre acharnement
Car l'horreur est un aliment
Dont il faut qu'effroyablement,
Je me repaisse."
   Poète et musicien, (1842-1903), une fée s"est penchée sur son berceau: George Sand. Une autre sera comme il le dit lui-même : "J'ai beaucoup remercié l'excellente Sarah bernardt, qui a voulu être l'occasionneuse de mon succès prévu par elle , je dois le dire, aussi complet qu'il a été". Son père François Rollinat, député en 1848, était un ami proche de George Sand. Le jeune Maurice apprit le piano pour lequel il avait de grandes dispositions. Il écrivit des poèmes qu'il présenta à George Sand qui lui apporta son soutien. Il publie son premier recueil "dans les Brandes" en 1877, qu'il dédie à sa "marraine littéraire". Il fréquentait le salon de Nina de Villard rue des Moines, où l'interprétation de ses poèmes, où ceux de Baudelaire qu'il avait mis en musique provoquait sur les auditeurs une forte impression. Edmond de Goncourt lui-même fit état de son passage dans l'atelier de décervelage de la rue des Moines. Après avoir rejoint les "hydropathes" d'Emile Goudeau, il se produisit au Chat Noir de Rodolphe Salis. Il fut très demandé dans les salons parisiens, et anima de façon lugubre les soirées de Paul Eudel rue Victor Massé, en face du Chat Noir, dans la maison sculptée qui avait été décrite avec emerveillement par Théophile Gauthier en 1844. Il reçut et fréquenta chez eux beaucoup d'amis et leur donna à entendre ses nouvelles oeuvres qui produisirent une forte impression qu'il était impossible d'oublier par la suite. L e jeune Oscar Wilde en est témoin. La parution après de nombreux refut d'éditeurs fut obtenue grâce à Sarah Bernhardt qui recut les principaux directeurs de journaux pour leur faire entendre son protégé.  Ce fut alors un déferlement de critiques négatives et positives, mais qui lui assurèent une célébrité après la publication du recueil qui atteignit des tirages rares pour de la poésie. En pleine gloire, il se retira dans un village de la Creuse avec sa compagne Cécile Pouettre, une comédienne cultivée et riche. Maurice souffre de céphalées qui accélèrent ses propres névroses, angoisse de la mort, et de la décomposition du corps après celle-ci. En 1903, Cécile Pouettre meurt brutalement. Rollinat fit plusieurs tentatives de suicide. Il se laissa mourrir, refusant tous les soins en 1903. "Quand on aura fermé ma bière,
Comme ma bouche et ma paupière,
Que l'on inscrive sur ma pierre :
"Ci-gît le roi du mauvais sort.
Ce fou dont le cadavre dort,
L'affreux sommeil de la matière
Frémit pendant sa vie entière
Et ne songea qu'au cimetière.
Jour et nuit, par toute la terre,
I1 traîna son cœur solitaire
Dans l'épouvante et le mystère,
Dans l'angoisse et dans le remord.
Vive la mort ! Vive la mort !""


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bernard Vassor 2258 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte