Magazine Culture

Ghost writer, quand l'encre noire vire au rouge sang

Publié le 14 mars 2010 par Tika

Méfiez-vous de la femme de pouvoir qui se cache derrière l'homme au pouvoir ! La nuance est très subtile et vous est expliquée dans le dernier film de Roman Polanski, Ghost Writer.

Adapté d'un roman de Robert Harris s'inspirant de la vie de Tony Blair et ses rapports troubles avec la guerre d'Irak, on découvre ici un film sombre, lent, loin d'être haletant mais suffisamment concentré dans les scènes d'inaction pour nous tenir en haleine pendant plus de deux heures. Le diamant brut de ce film est Ewan Mc Gregor, dévoilant un visage très séduisant, et surtout une finesse de jeu jusque là non révélée. Ghost Writer est le rôle de sa vie. Il est le pivot de cet échiquier du mal, où se croisent un ex Premier ministre, Pierce Brosnan, en petite forme, manipulateur, une assistante au brushing hitchcokien, la sexy Kim Katral (Sex & The City), ici à contre-emploi, et en enfin la femme du ministre, la délicate Olivia Williams (Sixième Sens, Peter Pan), blanche colombe aux serres démesurées. La distribution n'est donc pas parfaite, mais le regard surfe sur ce détail pour s'appesantir sur les yeux bleus de cet écrivain nègre et néanmoins fantôme, pris au piège, forcé de finir cette biographie commandée inachevée par son prédécesseur mystérieusement assassiné.

Le vent souffle fort sur l'île de Wineyard, au large de New York, refuge des fortunés, servant d'exil au ministre. La mer est déchaînée, et les vagues vont crescendo. La solitude est de rigueur pour l'écrivain, enfermé dans l'écriture, tout autant que dans sa chambre, dans une demeure ressemblant plus à un blockhaus, qu'à une résidence d'été. Le vent accompagne le cheminement de cet écrivaillon doué, lancé malgré lui dans sa propre enquête, qui va le mener droit dans les mâchoires tranchantes du pouvoir. Saluons la performance de Tom Wilkinson. Ewan Mc Gregor est le pion d'une manipulation politique, dont les secrets coûtent cher. L'homme au pouvoir n'est pas celui qu'on croit, l'intrigue anglo-saxonne est quelque peu difficile à cerner dans ses détails pour un public français, quelque lenteurs sont aussi du jeu, mais le démêlage de l'intrigue tantôt à coup de peigne ou de fer brûlant mené de main de maître par Polanski est chronométré et très maîtrisé, avec une fin aussi déchaînée que le vent..

 

The Ghost Writter, de Roman Polanski. Avec : Ewan McGregor, Pierce Brosnan, Kim Cattrall, Olivia Williams, Tom Wilkinson, Jon Bernthal, Tim Preece, James Belushi, Timothy Hutton, Anna Botting, Tim Faraday...

En savoir plus  : sur le site de Première


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Tika 748 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine