Magazine Culture

Dommages collatéraux

Publié le 15 mars 2010 par Paule @patty0green
Il y a au moins deux aspects à la « Copy Right war » relatives à l'Internet. Il y a d’une part le piratage et le partage illégaux via plusieurs plateformes (torrent, par exemple) de la musique, des logiciels, des films…etc. Mais d’autres parts, il y a l’utilisation d’éléments de culture par les artistes pour leur création : images de toutes sortes, extraits de films, séquences musicales (etc.) qui sont non seulement de plus en plus accessibles, mais aussi de plus en plus protégés. Comme le mentionne Lessig, cette guerre est non seulement excessive, en ce qu'elle proclame criminels 90% des adolescents, mais elle produit des dommages collatéraux. Ceux-ci sont dirigés vers la créativité qui, selon moi, meurt sans échange, dialogue, emprunt…etc. Ce n’est pas pour rien que je m’intéresse aux survivances!
Cette créativité est un peu devenue l’affaire de tous aujourd’hui et je trouve la chose assez fantastique. Les consommateurs ne sont plus passifs, inscrits à la fin d’une chaîne, mais s’approprient les éléments de culture et les interprètent, les transforment, créent des versions. Pensons à une chanson pop : elle se retrouve certainement en plusieurs exemplaires sur YouTube. Ces versions, créées par des fans, sont de véritables preuves d’amour (allez en voir quelques unes et vous comprendrez ce que je veux dire!) et tel que le mentionne Lessig, cette participation n’est pas du tout dommageable pour les industries, ni pour les auteurs. Depuis quand entendre une interprétation tout croche, mais au combien sentie, d’un fan, nous empêche d’acheter un album? Au contraire, je n'aime pas trop dire ça, mais cet engagement de la part des fans est bon pour la « santé économique » de l’industrie de la musique!
On aime les artistes activement, alors on répond par une version. La musique, les films, les images, ne sont pas traités comme des produits, mais bien comme des œuvres interactives. La culture Remix est déjà hyper présente, mais elle est sans cesse sanctionnée. Pourquoi? Nous sommes en tant de guerre.
L’autre jour, dans mon cours, un de mes collègues a fait une piste sonore super intéressante en reprenant des textes de théoriciens mixés avec d’autres pistes audio trouvées sur Internet. Je lui ai écrit pour comprendre un peu mieux ce qu’il avait fait, parce que je voulais m’inspirer de son travail pour mes prochaines pistes sonores, en prenant soin de dire que je le citerais, bien sûr. Il m’a répondu en me donnant le détail de tous les « matériaux » utilisés et pour finir, il m’a dit qu’il s’était en fait surtout inspiré de mon billet de blog « Remixing Rythm Science ». Nous pensons à travers les dispositifs et communiquons sans cesse d’une œuvre ou d’un texte à l’autre. Enfin, la créativité est un dialogue et on nous empêche de parler! On empêche le flux de circuler et je trouve ça déplorable.
Lorsque je vois une de mes idées (qui a déjà été saisie quelque part dans le flux) ressurgir dans une œuvre ou un billet d’un ou une ami(e), je trouve ça extraordinaire, c’est cela, une communauté de pensée. J'aime rebondir sur les idées des autres. Il est vrai qu’il m’est arrivé de réagir plus durement dans une situation pour laquelle les enjeux étaient différents. La « copie » n’était pas un partage, n’apportait rien, elle ne pouvait que me nuire. Mais au bout du compte, je finis toujours par me dire (ce que tout le monde peut se dire!!!) : « hey Paule, mais tu n’es pas à court d’idées toi…chanceuse!" Non, personne n'est à court d'idées! Quelle belle prémisse pour une culture libre...

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Paule 235 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine