Magazine Culture

Au Lucernaire c'est déjà fini...La ballade de Simone/ Une femme en tutu noir Marie de Beaumont/ par Gilles Costaz

Publié le 16 mars 2010 par Nathpass
Au Lucernaire c'est déjà fini...La ballade de Simone/ Une femme en tutu noir Marie de Beaumont/ par Gilles Costaz
Au Lucernaire, viens me chercher, on y va, "il s'en passe" ! et c'est déjà fini, non car comme pour Misérables il y a des prolongations... vérifies sur le site moi-même j'ai des loupés, je ne me souviens pas, le mieux c'est d'y aller et de se dire : qu'est-ce qu'on peut y voir ce soir...
Au Lucernaire y a comme un menu de Spectacles comme sur un paquebot modeste mais qui tient bien la mer, on peut y passer sa vie.
"Et puis je dirais même déjà !" le Théâtre c'est comme la vie, ça s'arrête, voilà ! comme une petite mort, avec des tournées ensuite ; quelquefois, c'est la toute dernière fois, on l'ignore encore : de se rendre au théâtre, de monter l'escalier jusqu'au Paradis pour le Lucernaire, les loges sont au même niveau, d'attendre dans sa loge souvent partagée, les nouvelles des autres : se toucher, écouter, se regarder, se préparer mille fois devant le grand miroir.
On rassemble un peu et on commence à jeter : par exemple les fleurs séchés. On emballe toujours, on ne sait pas pour combien de temps, le maquillage avec les petits mots cadeaux de première. C'est fait on est fin prêt, fond de teint, poudre surtout pas compacte, fards, rimmel rouge à lèvres. Les loges c'est comme les caves d'immeubles ou les greniers de maisons toutes les époques sont confondues, le mélange s'y déplace, on se demande même comment.
- Tu sais ce que j'ai fait hier de mon petit sac à main rouge qui sert à ma deuxième entrée
- Tu l'as laissé en coulisses
- Pascal n'est pas déjà là d'habitude ?
- Mais non, il arrive plus tard.
- Et Philippe ?
- Il est toujours là le premier, tu sais bien, il est sur le plateau pour un raccord avec le régisseur, hier, la musique n'est pas partie...
Les critiques de Gilles Costaz qui laisse toujours planer un supplément d'âme sur Webthea, celle sur Misérables est déjà sur ce blog dans les messages anciens
"La Ballade de Simone" d’après Simone de Beauvoir
On m'a dit vas-y, tu vas pleurer
Cabaret existentialiste
Paris, théâtre du Lucernaire
Au Lucernaire c'est déjà fini...La ballade de Simone/ Une femme en tutu noir Marie de Beaumont/ par Gilles Costaz
"Derrière un rideau de fils dorés, deux silhouettes de femmes se devinent. Elles traversent le rideau. Est-ce Simone de Beauvoir jeune et Simone de Beauvoir à l’âge mûr ? Oui, mais bien plus que cela car La Ballade de Simone fait revivre l’auteur du Deuxième Sexe de l’intérieur et de l’extérieur, en reconstituant des moments de sa vie, en citant largement son œuvre mais aussi en la prenant au piège de ses contradictions, en riant d’elle, de ses sagesses et de ses folies. Ce qui fait changer sans cesse de rôles et de postures les deux actrices. Auteur du choix de textes, Michelle Brûlé s’est beaucoup servi dans la correspondance des Lettres à Nelson Algren, cet amant américain pour lequel Beauvoir délaissait Sartre, le retrouvant aux quatre coins des Etats-Unis et de l’Europe. Le spectacle s’amuse beaucoup de cette féministe intraitable sur les principes de l’indépendance de la femme mais aussi midinette dépendant voluptueusement de son partenaire. C’est peut-être la meilleure façon de rendre hommage à Beauvoir, que de ne pas l’embaumer et de la saisir toute crue et toute vive. Les deux comédiennes, Michelle Brûlé et Anne Laure Tondu (quand ce n’est pas Odja Llorca, le rôle de la jeune femme est tenu en alternance par l’une ou l’autre), jouent autant de leurs différences que des paradoxes de l’histoire qu’elles content. Michelle Brûlé, en plus, chante et joue de l’accordéon, reliant ainsi les ouvrages de la philosophe aux chansons peu féministes de Queneau (Si tu t’imagines) et de Boris Vian. Ainsi ce sont les années 50 et 60 que ce duo de femmes parcourt comme un hier toujours vivant, endiablé mais nullement idéal. Ce cabaret, très tonique et d’une vive intelligence, n’est pas une reconstitution du Tabou mythique de Saint-Germain-des-prés mais une création d’aujourd’hui qui sait mettre le passé au présent, tout en y glissant le regard moqueur de l’Histoire."
La Ballade de Simone d’après Simone de Beauvoir, adaptation de Michelle Brûlé, mise en scène de Nadine Darmon, scénographie de Denis Malbos, lumières d’Olivier Vallet, avec Michèle Brûlé et, en alternance, Anne-Laure Tondu et Odja Llorca. Lucernaire, 18 h 30. Tél. : 01 45 44 57 34
Crédit photographique : Johannes Von Sauma
Le mercredi 10 mars 2010
************************************************************************************
Sentier de dépendance de Marie de Beaumont
Une femme en tutu noir
Paris, Lucernaire jusqu’au 13 mars 2010
Au Lucernaire c'est déjà fini...La ballade de Simone/ Une femme en tutu noir Marie de Beaumont/ par Gilles Costaz
« Sentier de dépendance » : l’expression détourne le terme des économistes qui parlent de « dépendance de sentier » pour évoquer les lourdeurs des entreprises accumulées au cours de leur histoire. Mais, ici, cette dépendance, qui pèse sur l’héroïne solitaire de la pièce de Marie de Beaumont, est sentimentale ; elle repose sur un amour lointain qui ne s’efface pas. Danseuse, la jeune fille a abandonné la danse pour une longue relation avec un « écrivain palmé », c’est-à-dire couronné de prix. L’aventure s’est arrêtée. La jeune femme se souvient du passé, d’autres liaisons, de sa mère. Elle tourne en rond, bondit, se désespère, ressasse, jusqu’à ce que l’envie d’avoir un enfant la submerge. Joli texte de Marie de Beaumont, qu’elle-même met en scène sans tomber dans le pathétique mais au contraire dans une vie tourbillonnante, à l’image du personnage frondeur et affranchi, et en laissant à la guitare électrique de Johann Grandin la place d’une partition émotive discrète . En tutu noir, Marie Delmarès, qu’on avait vue si remarquable dans l’Antigone de Sophocle montée par René Loyon, s’affirme là, à nouveau, comme une actrice aux multiples possibilités. Sa formation de danseuse lui donne une présence élastique dont elle n’abuse jamais pour composer un être à la sensibilité songeuse, très physique et très intériorisée, poignante mais moqueuse aussi. Elle porte et illumine le texte."
Sentier de dépendance, texte et mise en scène de Marie de Beaumont. Musique de Johann Grandin. Chorégraphe de Pascal Croce. Avec Marie Delmarès. Lucernaire, 19 h. Tél. : 01 45 44 57 34. Jusqu’au 13 mars.
Pourquoi j'aime le théâtre, comme cela ? -c'est une obsession !
- c'est un métier mes parents étaient marchands de jouets et à Noël tous les clients étaient mon premier public, gentils, mélangés...
et
"Exister, pour nous, c'est sentir ; notre sensibilité est incontestablement antérieure à notre intelligence, et nous avons eu des sentiments avant des idées." L'Émile de J.-J. Rousseau

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nathpass 1068 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte