Magazine

Venezuela : Explosion de la délinquance

Publié le 16 mars 2010 par Copeau @Contrepoints
Venezuela : Explosion de la délinquance

Conséquence logique des discours de haine de Hugo Chavez et de l'effondrement rapide de l'économie du pays sous sa présidence, le Venezuela doit faire face à une vague de délinquance sans précédent. Le nombre d'assassinats par habitant a triplé sous la présidence d'Hugo Chavez.

Ce week-end, ce sont au minimum 67 personnes qui ont été tuées selon les comptes de la morgue centrale de la ville. Ces chiffres sont en outre possiblement sous-estimés puisque le gouvernement refuse désormais d'en communiquer, officiellement pour éviter un « effet d'entraînement ». L'explication masque cependant plus probablement un refus de communiquer des chiffres qui montrent la faillite du régime actuelle. « En semaine, les gens se terrent chez eux après 20 heures, par crainte des agressions. Le pays vit un couvre-feu de fait », affirme Roberto Briceño de l'Observatoire vénézuélien de la violence selon le journal Le Monde.

La criminalité sous toutes ses formes Chávez a très fortement augmenté, faisant du pays l'un des plus violents au monde. En termes d'assassinats par habitant, c'est le second pays au monde le plus violent, avec 48 assassinats pour 100 000 habitants en 2007. A Caracas, la capitale du pays, en 2007, on atteignait 130 assassinats pour 100 000 habitants. La Colombie voisine, malgré le trafic de drogue et le terrorisme d'extrême gauche des FARC a un taux inférieur de 40. En 2009, on était monté à 140 homicides pour 100 000 habitants à Caracas contre 18 à Bogota (Colombie). Cela fait de Caracas la ville la plus violente d'Amérique Latine. Ce sont au total plus de 16 000 personnes qui en 2009 ont été assassinées dans le pays. En France, ce sont environ 1 000 personnes qui sont assassinées chaque années, seize fois moins pour un pays deux fois plus peuplé que le Venezuela.

Il est impossible de ne pas lier la politique de Hugo Chavez a ces chiffres inquiétants. En promouvant chaque jour une rhétorique de lutte des classes qui oppose les habitants entre eux et en menant une politique guerrière fondée sur des alliances avec l'Iran ou la Russie, Chavez attise lui-même la violence. Cela ne l'empêche pas de tenter de désigner un bouc émissaire, que ce soit la « bourgeoisie » ou l'« empire américain », mais le discours ne convaint pas ; Ana Maria Sanjuan, spécialiste des questions de sécurité urbaine, déclare ainsi dans Le Monde : « faute d'appréhender le phénomène de la violence urbaine dans sa complexité, le gouvernement est incapable de mettre en place une politique efficace. Chercher un bouc émissaire ne résout rien ». Analyse confirmée par Roberto Briceño de l'Observatoire vénézuélien de la violence : « Chavez a longtemps attribué la délinquance à la pauvreté engendrée par le capitalisme ». Pourtant, alors que les nationalisations et les expropriations se multiplient, la situation empire. Une confirmation directe de l'origine des violences actuelles, qui n'est pas à chercher dans le système capitaliste mais dans la politique menée par Chavez.

Image : Hugo Chavez. Photographie de Marcello Casal Jr./Abr sous licence CC 3.0 Paternité.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Copeau 583999 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte