Magazine Culture

Mon cher frère d'Hakan Bravinger

Par Jostein
Titre : Mon cher frère
Auteur : Hakan Bravinger
Editeur : JC Lattès


Présentation de l'auteur:
Hakan Bravinger, né en 1968, est éditeur chez Norstedts, l’une des maisons d’édition les plus importantes de Suède. Il a déjà publié deux recueils de poésie. Mon cher frère est son premier roman, salué par la presse suédoise et en cours de traduction dans plusieurs pays.

Résumé de qutrième de couverture :
Stockholm, 1913. Le criminologue Andreas Bjerre prépare un livre d’entretiens avec des détenus condamnés à de longues peines. L’angoisse de la page blanche l’empêche pourtant d’achever ce livre révolutionnaire, l’œuvre de sa vie.
Comment vivre avec le sentiment de sa propre nullité ? Comment se mesurer à un frère aîné, le célèbre psychanalyste Paul Bjerre, familier de Freud, convaincu, lui, d’être un surhomme ?
La haine fraternelle qui l’unit à Paul ronge Andreas. Une femme fait pourtant tout pour le sauver. Madeleine. Mais en voulant à tout prix être la messagère qui réconciliera les deux frères, ne court-elle pas elle-même à sa perte ?
Construit en partie sur des documents et des lettres, le roman de Bravinger orchestre magistralement la musique amère des âmes torturées avec la rumeur d’un monde en plein bouleversement.

Mon avis:
Ce livre tourne autour de la psychanalyse freudienne. Aussi, suite au suicide d'Andréas Bjerre, l'auteur tente de nous expliquer les relations affectives de cette famille.
Paul ressemble à sa mère. Il est un médecin psychanalyste sérieux et renommé et ne s'autorise pas à montrer ses sentiments. Il éprouve un amour passionné pour sa femme, Gunhild,  plus âgée que lui parce qu'elle lui voue une grande admiration. Il donne l'apparence d'un être important et suffisant.
Andréas est plus extraverti. Il aime profiter de la vie, donner, aider même s'il n'en a pas les moyens financiers. Par contre, il est légèrement psychopathe (accès de violence, angoisses, dépression).
Paul et Andréas sont élevés dans une famille où le père marqué par son enfance martyre s'oblige à être bon mais est souvent absorbé par son travail et la mère est très peu démonstrative. Les enfants souffriront de ce manque d'attentions et Andréas ressent aussi la froideur de son frère.
Andréas essaie de communiquer à son frère ce besoin de reconnaissance et d'amour, en vain.
De plus, leurs relations  se compliquent lorsque Paul épouse Gunhild, mère de la femme d'Andréas (Amélie). Amélie et Andréas se sépareront et feront vivre à leur fils Sören Christer le même rejet. Aucune leçon n'est donc tirée de leur passé et le cycle d'enfant mal-aimé se perpétue de génération en génération.
Ce livre illustre bien l'influence de l'éducation sur la destinée des enfants.
Un chapitre est consacré à la descente aux enfers de Sören Christer. Enfant difficile, il sera placé dans un hôpital psychiatrique allemand. C'est l'occasion de témoigner sur les mauvais traitements psychiatriques de l'époque. Envoyé en Australie, on ne sait malheureusement ce qu'il adviendra de lui.

Ce livre alterne le récit et la lecture de lettres d'Andréas adressé à son frère. Tous les caractères et sentiments sont très bien analysés. Même si les deux personnages principaux sont les deux frères, les femmes sont très importantes. Gunhild a une très grande influence. Amélie est aussi dynamique que son amie et seconde femme d'Andréas (Madeleine) est insaisissable et soumise.
Il faut souligner aussi le témoignage historique de l'affrontement entre Freud et Jung et de la vie dissolue de Lou Salomé.

Je remercie Livraddict et les  jc-lattes.jpg pour m'avoir fait découvrir ce livre.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jostein 443 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines