Magazine Autres musiques

Livemusiccompany.com : place à la musique vivante !

Publié le 16 mars 2010 par Philippe Delaide

Le site livemusiccompany.com, créé et dirigé par Dominique Boniface, tient une place à part dans le paysage musical sur le Net et mérite vraiment d'être découvert. Il a pour vocation de permettre aux mélomanes d'écouter de la musique enregistrée mais à chaque fois dans les conditions du concert. Les enregistrements proposés sont donc 100% "live" et je trouve cette initiative excellente dans la mesure où elle fournit une véritable alternative crédible aux productions studio proposées par les maisons de disques.

Mon propos n'est nullement d'opposer la musique en boîte, confectionnée et inévitablement retouchée (à l'exception de très rares enregistrements réalisés "sans couture") à la musique vivante, forcément imparfaite, ponctuée de toussotements du publics mais dont la portée émotionnelle peut être bien plus forte. Les deux types de captation sont plutôt complémentaires et l'on trouve des merveilles dans les deux cas.

Lmc-logo-blanc
Cependant, quand on est habitué à écouter la musique en concert, force est de constater que l'on trouve particulièrement rafraîchissante une démarche comme celle initiée par Dominique Boniface.

Différentes caractéristiques de ce site sont, je trouve, particulièrement importantes pour contribuer au succès que l'on peut lui souhaiter.

La plus importante d'entre toutes est bien sûr la qualité de captation des concerts. Le créateur et responsable du site y porte une attention toute particulière et les téléchargements que j'ai réalisés le confirment. Si vous naviguez sur le site, vous constaterez d'ailleurs que Dominique Boniface assure d'ailleurs la quasi-totalité des captations lui-même. L’arrivée récente d’Étienne Collard apporte une autre expérience de référence dans le domaine de la qualité sonore à l’équipe de Live Music Company Son écoute acérée de la musique et ses exigences sur cette partie technique garantissent la qualité constante des enregistrements. Une fois qu’aura été mis en place l’équipement permanent rodé sur les différents sites de captation, l’équipe pourra facilement démultiplier les enregistrements avec une assistance locale très réduite, tout en garantissant la qualité et «l’identité» sonore du site. Les enregistrements sont équilibrés et, notamment, pour rester conformes aux conditions d'écoute en concert, ne jouent absolument pas sur une quelconque balance entre les différents instruments, notamment en fonction des parties solo de certains d'entre eux.

Une autre caractéristique est qu'aucun de ces concerts n'est à l'écoute en «streaming» mais uniquement en téléchargement, payant à la transaction. Seule l'écoute d'un court extrait de chaque concert est en streaming, ensuite, l'achat du concert (en moyenne à 7,99 à 9,99 Euros, souvent pour des durées bien supérieures à celles des enregistrements proposés par les labels), conduit au téléchargement d'un zip comprenant des fichiers au format AAC, qui est un excellent compromis entre l'impératif de compression et celui de qualité musicale, notamment de dynamique (pour chaque fichier téléchargé, en moyenne, une minute de musique prend tout de même 2 Mo). Les concerts que j'ai téléchargés ont pu être très facilement transférés sur une playlist que j'ai créée sous iTunes et que j'ai transférée ensuite sur un iPod. Le rendu sonore est excellent. Tout y est, le craquement occasionnel d'un plancher quand le concert est dans un vieux château et l'inévitable toussotement nerveux d'une personne du public pendant le concert. C'est justement ça l'intérêt : disposer dans son baladeur d'une musique vivante, sans retouche et sans fards. Le fait qu'il puisse y avoir en plus des fausses notes devient alors rassurant ! Autre détail : il y a systématiquement les applaudissements de début et de fin de concerts. Ceci peut paraître basique mais les "majors" trouvent tout de même le moyen maintenant de supprimer les applaudissements du peu d'enregistrement live qu'elles proposent (!) ; on atteint vraiment le comble de l'aseptisé...

Un autre point important réside dans le fait que le programme étant intégralement reproduit – donc reproductible - sur

D Boniface
 chaque « fiche concert », il est possible de proposer le téléchargement d'un livret ou d'un programme détaillé du concert (nom, description précise des pièces jouées, tonalité, mouvements, N° de référence). Les biographies des interprètes et des compositeurs sont, d’ailleurs, systématiquement référencées sur le site. Au risque de me faire traiter de maniaque par les lecteurs du blog, j'y attache pour ma part beaucoup d'importance. Il n'y a rien de plus énervant que d'écouter de la musique sans disposer d'un minimum d'informations, surtout pour des compositions de musique classique. La transition du CD à la musique en ligne ne pourra en outre se réaliser pleinement que lorsque cette dernière ne sera pas proposée de façon désincarnée mais bien accompagnée d'un minimum de texte, ne serait-ce que pour ne pas mourir complètement idiot non plus...

Enfin, le site a pris une approche intéressante d'enregistrer tous types de musique (classique, contemporaine, jazz, pop, musique du monde). Au total, à la mi-mars 2010, près de 110 concerts sont déjà disponibles sur le site. Le site a également mis en place des partenariats avec des festivals, orchestres, concours ou des groupements de promotions des artistes (par exemple l'Association Jeunes Talents, Ars Mobilis ou les Fêtes de Nohant). À ce titre, il fournit une belle opportunité pour de jeunes musiciens de se promouvoir en permettant aux mélomanes du monde entier d'écouter leur prestation au travers d'un concert téléchargé.

C'est ce que j'ai fait avec la découverte d'une jeune soprano, Elodie Kimmel, accompagnée au piano par Anne Bru, et qui interprète des lieders de Richard Strauss mais, surtout, de belles pièces de Gabriel Fauré, Albert Roussel et Maurice Ravel. À noter également, un instrument insuffisamment enregistré dans une configuration de duo de musique de chambre avec un piano, la contrebasse, jouée avec un sens incroyable des nuances (chapeau vu le caractère très physique de l'interprétation d'un tel instrument) par Marie Clément, accompagnée d'Olivier Besnard au piano. Elle interprète notamment une sonate d'Adolf Misek et un superbe intermezzo de Reinhold Gliere, pièces aux accents brahmsiens indéniables.

On notera également parmi les concerts récents, un beau duo Héloïse Luzatti (violoncelle) / François Lambret (piano) sur des pièces de Debussy, Schnittke, Shumann et Brahms.

Ces exemples montrent également l'intérêt d'une telle initiative qui, en sortant des sentiers battus, permet de découvrir de superbes pièces et des compositeurs pratiquement jamais enregistrés, notamment sur la musique du XIXème au XXIème siècle car victimes de l'aversion chronique au risque qu'entretient une industrie du disque exsangue. On notera, en parlant de XXIème siècle, la part que consacre ce site à des compositeurs et pianistes brillants comme Karol Beffa.

Je ferai régulièrement part dans le blog des nouveautés sur ce site. Ce dernier prévoit d'ailleurs de poster prochainement des concerts d'interprètes de renom et qui devraient réjouir les mélomanes internautes.

Je vous propose cet extrait du concert donné par Marie Clément (contrebasse), accompagnée d'Olivier Besnard (piano) : Intermezzo de Reinhold Gliere. Vous m'excuserez par avance sur la qualité mp3 qui semble être la seule compatible avec le lecteur Dewer. La qualité du fichier téléchargé depuis le site est supérieure (.m4a).


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Philippe Delaide 1912 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte