Magazine Cinéma

De l'autre côté : entre Allemagne et Turquie

Par Rob Gordon

De l'autre côté est un voyage permanent entre l'Allemagne et la Turquie, les deux berceaux du réalisateur Fatih Akin. Construisant son film en trois parties (une première histoire, puis une deuxième qui lui est liée, puis la jonction des deux), Akin montre qu'il n'est jamais évident d'avoir plusieurs identités. Démontrant d'évidents talents d'auteur, il fait vivre des personnages intenses et émouvants dont les destins plus ou moins funestes ne peuvent laisser indifférent. D'abord ce vieux monsieur un peu obsédé qui engage une prostipute à plein temps pour le satisfaire et lui tenir compagnie ; ensuite cette jeune femme qui fuit la Turquie pour échapper aux autorités, trouvant refuge chez une étudiante allemande dont la mère éprouve quelques réticences. Entre les deux, comme une frontière germano-turque, un prof de littérature allemande devenu libraire en Turquie. Interprété par un acteur entre Laurent Lucas et Mathieu Demy, c'est à la fois le centre et la clé du film.
Simplement, au gré d'une mise en scène parfois trop illustrative mais toujours suprêmement efficace, Akin dessine les relations entre deux pays qui s'aiment et se détestent, comme c'est souvent le cas entre colon et colonisé. La métaphore n'empiète jamais sur l'humain, et chacun des chapitres, même débarrassé de sa dimension sociale et politique, s'avère passionnant. Le scénario joue un peu trop la carte des hasards et coincidences, mais Lelouch a fait bien pire : et comme en fin de course le metteur en scène évite les traquenards sentimentalistes, De l'autre côté s'impose comme un beau drame, sobre et digne, qui mérite en tout cas son prix du scénario à Cannes.


8/10


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Rob Gordon 109 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines