Magazine Culture

Notes sur la poésie : Philippe Lacoue-Labarthe

Par Florence Trocmé

« L’interruption du langage, le suspens du langage, la césure (la ″suspension anti-rythmique″ disait Hölderlin), c’est donc cela, la poésie : ″le souffle et la parole coupés″, le ″tournant″ du souffle, le ″tournant à la fin de l’inspiration.″ La poésie advient là où cède, contre toute attente, le langage. Très exactement au défaut de l’inspiration, et cela peut s’entendre de deux manières au moins ; ou, plus exactement encore, à la retenue de l’expiration, du souffle : quand ça va continuer de parler (de discourir) et que quelqu’un, soudain libre, interdit ce qui allait se dire. Quand une parole advient, dans le pur suspens du parler. La poésie est le spasme ou la syncope du langage1. Hölderlin nommait la césure : la ″pure parole″ »
Philippe Lacoue Labarthe, La Poésie comme expérience, Christian Bourgois, 1986, 1997, p. 74
1. L’auteur précise qu’il « reprend le mot de Jean-Luc Nancy (Le discours de la syncope, Aubier-Flammarion, 1976)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines