Magazine Conso

Crime et châtiment

Par Céline

crimeetchatimentFédor Dostoïevski
Folio
720 pages

CoupdeCoeur

Résumé:

«Raskolnikov se mit à trembler de tout son corps comme un homme frappé d'un coup terrible.
- Mais... alors... qui... est l'assassin ? balbutia-t-il d'une voix entrecoupée.
Porphyre Petrovitch se renversa sur sa chaise, de l'air d'un homme stupéfait par une question abracadabrante.
- Comment, qui est l'assassin ? répéta-t-il comme s'il n'en pouvait croire ses oreilles, mais c'est vous.»

Mon commentaire:

Paru pour la première fois en 1866, Crime et châtiment est le roman d'un homme, Rodion Raskolnikov, et de son crime: le meurtre d'une usurière et de sa soeur. Le roman est un pavé et pourtant il sait soutenir l'intérêt du lecteur. Nous apprenons tout d'abord à connaître Raskolnikov: ses relations, sa famille, son statut d'étudiant déchu qui n'a plus un sou et a perdu l'envie de se battre contre la vie pour réussir ses débuts. Jusqu'à ce qu'il commence à fonder une sorte de théorie sur les riches et les pauvres, la misère humaine, le droit à la vie ou à la mort. Un homme (ou une femme) qui est profondément détestable, qui profite du malheur des autres pour s'enrichir, mérite-t-il la mort? Est-ce une bonne action que de s'en débarrasser puisqu'on libère ceux qui sont sous son emprise?  Et si par cette action on favorise une cascade de bonnes actions, est-ce donc permis de passer à l'acte? C'est un peu le questionnement de Raskolnikov. Finalement, il décide que la vieille usurière doit mourir et s'en occupe, mais les choses ne se déroulent pas du tout comme il l'avait prévu...

Le personnage de Raskolnikov est très intéressant. On le suit avec intérêt dans son parcours entre son crime et son châtiment. Après son crime, il tombe dans un état fiévreux mi-conscient où il délire. C'est d'ailleurs en se basant sur son comportement après le crime que l'on tentera d'alléger sa peine. Raskolnikov divague, laisse derrière lui une foule d'indices menant à son crime et a des réactions bizarres et difficiles qui éveillent le soupçon dans son entourage.

Le roman est savamment construit car il analyse dans le détail toutes les étapes du crime. L'état du criminel avant le crime, la façon dont il planifie son acte, ce qui arrive réellement sur place et ce qui suit l'après-crime. Raskolnikov rentre chez lui, cache l'arme du crime et croit que la vie reprendra là où il l'a laissée. Erreur. Il doit vivre avec le regard des autres, la honte, la culpabilité, son propre questionnement incessant sur ce qu'il a fait, la vie, la mort et sa position dans la société: il est maintenant un criminel, mais personne, encore, ne le sait.

Raskolnikov se livre en quelque sorte à un grand combat intérieur. C'est la rencontre du bien et du mal, l'affrontement entre certaines convictions et les conséquences de l'acte qu'il a commit. On le voit évoluer au sein de la société, sous l'emprise de sa conscience et des tourments qui l'empêche de vivre. La façon dont Dostoïevski décrit l'incertitude, la crainte, la peur et les tourments psychologiques de son personnage est fascinante. La notion de temps m'apparaît importante dans ce roman, le temps qui s'épare Raskolnikov de son crime, le temps qui passe après son crime et le temps qui lui reste avant la fin. Raskolnikov en est bien conscient. Fait intéressant, Dostoïevski a été déjà été arrêté et condamné dans l'affaire d'un complot. Il devait mourir. Sa peine a été commuée en travaux forcés. On retrouve les tourments d'un homme qui croit à sa fin proche dans ce roman et d'après ce que j'ai lu, c'est une scène récurrente de l'oeuvre de Dostoïevski.

Le véritable châtiment de Raskolnikov n'est pas la sentence de la cour mais plutôt sa propre conscience qui le tourmente sans cesse. C'est un roman qui se lit très bien et qui est étonnament très lucide. Crime et châtiment est un excellent roman psychologique qui porte à réfléchir. Il est d'autant plus très bien construit et analyse à la perfection le crime, le criminel et sa conscience. À lire.

Quelque extraits:

"Les socialistes ont commencé par exposer leur théorie. Elle est connue: le crime est une protestation contre une organisation sociale anormale." p.272

"L'homme est-il une vermine? C'est qu'il n'en est pas une pour moi. Il ne l'est que pour celui à l'esprit duquel ne viennent pas de telles questions, celui qui suit son chemin tout droit sans s'interroger..." p.442

"Il se serait estimé heureux, s'il avait pu, à ce moment, se retirer dans la solitude, même pour l'éternité; mais le malheur était que tous ces derniers temps, bien qu'il fût presque toujours seul, il n'éprouvait jamais le sentiment de l'être entièrement." p.463


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Crime expo

    Crime expo

    Toute ma vie j'ai rêvé.... non pas d'être hôtesse de l'air mais d'entrer dans la police.... Je n'y suis pas bien entendu mais j'exploite un maximum les moyens... Lire la suite

    Par  Geybuss
    CULTURE, LIVRES
  • Les falaises du crime

    falaises crime

    de Brigitte KernelDes chalets de mer abandonnés se fracassent par pans entiers sur les galets. Les volets couverts de planches cloutées sont muets. Plus un... Lire la suite

    Par  Krri
    CULTURE, LIVRES
  • Café-crime à Champel

    Les lecteurs ont fait la connaissance de l’inspecteur Simon et d’Alix la journaliste dans « Le Pendu de la Treille ». On les retrouve ici, plus humains, plus... Lire la suite

    Par  Krri
    CULTURE, LIVRES
  • L'archevêque de Canterbury invite Tony Blair à une lecture de Crime et de...

    L'archevêque Canterbury invite Tony Blair lecture Crime Châtiment

    Rowan Williams, l'archevêque de Canterbury, a réitéré ses critiques à l'encontre de Tony Blair et de son soutien à George W. Bush lors de l'invasion de l'Iraq e... Lire la suite

    Par  Actualitté
    CULTURE, LIVRES
  • Crime de sang

    Crime sang

    de He JiahongBien que très grand, Jong Jun n'était pas pas quelqu'un de robuste. Ses bras et ses jambes semblaient démesurément longs. Lire la suite

    Par  Krri
    CULTURE, LIVRES
  • Le crime de Matiya Van der Leun

    crime Matiya Leun

    de Mischa BerlinskiQu'est-ce qui a pu pousser Martiya Van der Leun, brillante anthropologue américaine, à assassiner David Walker, un jeune missionnaire avant d... Lire la suite

    Par  Krri
    CULTURE, LIVRES
  • Crime et châtiment : un nouveau syndrome s'abat version 1866

    Crime châtiment nouveau syndrome s'abat version 1866

    В начале июля, в чрезвычайно жаркое время, под вечер, один молодой человек вышел из своей каморки, которую нанимал от жильцов в С — м переулке, на улицу и... Lire la suite

    Par  Actualitté
    CULTURE, LIVRES

A propos de l’auteur


Céline 24716 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines