Magazine Culture

Anthologie permanente : Forough Farrokhzad

Par Florence Trocmé

Le cinéaste Abbas Kiarostami a emprunté au poème de Forough Farrokhzad le titre de son dixième film, le plus connu, en 1999.

 

Le vent nous emportera

Dans ma petite nuit,
le vent a hélas ! rendez-vous avec le feuillage Dans ma petite nuit il y a l’angoisse de l’effondrement

Écoute
entends-tu le sifflement de l’obscurité ?

Accoutumée au désespoir
je regarde incrédule mon bonheur

Écoute,
entends-tu le souffle de l’obscurité ?

Maintenant quelque chose se prépare dans la nuit
la lune est rouge et anxieuse
et au-dessus de ce toit qui menace ruine à chaque instant
les nuages
comme une foule endeuilléeSemblent attendre l’irruption de lapluie

Un instant
et après, rien

Derrière cette fenêtre
la nuit tremble
et la terre
est en train de s’arrêter de tourner
Derrière cette fenêtre
un inconnu s’inquiète pour nous.

Oh, toi plein de sève
pose tes mains dans mes mains amoureuses
comme un souvenir incandescent
et confie tes lèvres à la caresse de mes lèvres amoureuses
comme le sens ardent de l’existence

Le vent nous emportera
Le vent nous emportera

Forough Farrokhzad, poème extrait du recueil Une autre naissance, traduction inédite du persan par Farideh Favriaud.
Bio-bibliographie de Forough Farrokhzad

Contribution de Tristan Hordé

index de Poezibao
Revenir à la Une de Poezibao

Sur simple demande à f.trocme@poezibao.com, recevez chaque jour l'anthologie permanente dans votre boîte aux lettres électronique


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines