Magazine Entreprise

Changement climatique : l’impulsion pourrait venir des entreprises

Publié le 29 mars 2010 par Jblully

Changement climatique : l’impulsion pourrait venir des entreprises

Le vert est devenu très tendance dans le monde économique… Il habille la croissance, l’emploi, les technologies, la relance, les villes, les bulles, le protectionnisme, …, le business dans son ensemble (green business) ! La vague verte qui déferle s’amplifie ; elle se nourrit tout au long de la chaîne des valeurs, de la conception du produit à son recyclage en fin de vie, en passant par l’extraction/production des inputs, l’emballage, la logistique, la communication, etc.

« Passer au vert » devient donc incontournable pour toute entreprise qui souhaite se positionner parmi les pionniers de la lutte contre le réchauffement climatique, mais également et surtout pour répondre à une logique économique bien réelle : satisfaire les attentes de plus en plus « vertes » de consommateurs désormais sensibilisés, optimiser ses coûts (intégrer les contraintes réglementaires telles que le règlement REACH pour la chimie, la taxe carbone, etc. ; se préparer à la raréfaction des matières premières énergétiques), s’adapter à la nouvelle donne géopolitique qui émerge, portée notamment par l’utilisation massive de métaux rares (lithium, indium, sélénium, etc.).

Comme le rappelait récemment Pascal Boniface : « Irriguées par la raréfaction des matières premières et le bouleversement des rapports de force, les problématiques environnementales et écologiques constituent désormais un enjeu stratégique et une source de conflits majeurs que les entreprises, au moment d’établir leur politique de développement international, doivent impérativement intégrer » (IRIS, février 2010).

Est-il besoin, d’ailleurs, de rappeler que ces problématiques dépassent les frontières de l’Hexagone ? Que le marché est mondial, la concurrence déjà intense et l’horizon des entreprises françaises internationales ? L’on peut d’ores et déjà apprécier l’étendue géographique des opportunités et la diversité des secteurs concernés : des rives de la Méditerranée aux BRICs, en passant par l’Union européenne ou les États-Unis, les éco-entreprises françaises disposent de multiples débouchés, que ce soit dans les transports, le traitement de l’eau, la gestion des déchets, l’assainissement de l’air, l’efficacité énergétique des bâtiments, les énergies renouvelables, etc.

Face au manque d’engagements communs contraignants des États lors du sommet de Copenhague en décembre 2009, les entreprises pourraient bien donner l’impulsion, tant la problématique environnementale et la rationalité économique de l’entreprise sont liées. Savoir-faire et capacités d’innovation apparaissent dès lors comme les mots-clefs d’un positionnement international réussi dans les green tech.

Pour aller plus loin : Changement climatique et commerce mondial, Les nouveaux marchés de l’environnement à l’international, Accomex n° 91


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jblully 186 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte