Magazine Culture

Bernard, David Foenkinos

Par Sophielit

“Bernard ne sait pas bien comment c’est arrivé mais, à cinquante ans, le voilà obligé de retourner vivre chez ses parents.”En fait, sa maîtresse a révélé à son patron ses magouilles et à son épouse son adultère, et Bernard a tout perdu.

J’ai lu avec curiosité ce texte, car son auteur est à la fois juge et partie dans le cadre du Prix Orange 2010. Et la plume de David Foenkinos est subtile, le verbe drôle. Au fil des pages, on découvre des pépites, ce genre de phrase que l’on veut relever et conserver (”Je n’avais jamais été très doué avec les femmes, et parfois même je me disais pour rire que si j’avais été doué avec les femmes, je n’aurais pas épousé la mienne.”). Avec cette nouvelle, d’autant plus délicieuse qu’elle se lit d’une traite, j’ai envie de lire les romans de l’auteur.

Aussi surprenant et intéressant que le contenu, le contenant. Les ouvrages publiés aux Editions du Moteur sont plus larges que hauts (beaucoup plus larges), dans l’esprit des films en 16/9ème. Ce qui pourrait s’avérer inconfortable avec un livre épais se révèle amusant avec une nouvelle. D’autant plus que celles-ci sont signées de grands noms (Yasmina Khadra, Serge Joncour, Salim Bachi…) à qui l’éditeur a demandé « d’imaginer des histoires courtes qui pourraient devenir des films. »

Mon seul regret est que ces petits livres dépassent de ma bibliothèque… car ils y ont véritablement leur place.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sophielit 272 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines