Magazine Culture

"On est pas sérieux quand on a 25 ans" par Guy de Maupassant

Par Bernard Vassor

PAR BERNARD VASSOR

"A la Feuille de Rose, la Maison turque"

Frontispice "à système", procédé déjà utilisé par Mérimée pour dévoiler progressivement son portrait en "comtesse Clara Gazul" .................... La nuit de noce de monsieur et madame Beauflanquet... Le texte de la pièce est accessible à l'adresse suivante : http://www.maupassantiana.fr/Oeuvre/ThAlafeuillederose.html .............. C'est avec son ami d'enfance Robert Pinchon (surnommé la Toque)  que Maupassant écrivit cette pochade pornographique. La pièce fut jouée à plusieurs reprises : en 1875, en 1877 et en 1879. Maupassant habitait alors 2 rue Moncey, une petite chambre au rez-de-chaussée donnant sur cour puis 17 rue Clauzel au 3étage. "La Maison turque", est un clin d'oeil à Flaubert qui décrit un bordel parisien dans "L'Education sentimentale" dont l'enseigne d'un lupanar affichait : "La Maison de Zoraïde". Maupassant y a ajouté des scènes de tribadisme, d'exhibitionnisme et de rapports sexuels collectifs. L'édition princeps de cette pièce ne fut publiée à tirage limité qu'en 1945 ! Tous les rôles masculins ou féminins étaient tenus par : Maupassant lui-même, Octave Mirbeau, Robert Pinchon, Léon Fontaine, rien que des hommes. Le public était composé de Flaubert (à qui la pièce était dédiée, avait trouvé la pièce "rafraîchissanté" ) Goncourt Edmond (qui la  qualifia de salauderie ) Emile Zola, Paul Alexis, Léon Hennique, Henri Céard (le tout Médan !) Antoine Guillemet, et Maurice Leloir qui avait mis son atelier du quai Voltaire à la disposition de ses amis. Le texte avait été distribué sur un papier à en-tête du ministère de la marine où Maupassant était employé. Nous voyons que ses journées au ministère étaient bien remplies ! .La deuxième représentation eut lieu en 1877 dans l'atelier du peintre Georges Becker, 26 rue de Fleurus. La princesse Mathilde était venue y assister, la seconde femme était Suzanne Lagier pourtant réputée très très peu farouche au vocabulaire vraiment leste, et même franchement obscène en privé, avait quitté la représentation "avec éclat" en simulant l'indignation. Certains prétendent que cette pièce fut jouée chaque année du vivant de Maupassant, mais aucun témoignage ne vient confirmer cette supposition de Georges Normandy, un des premiers biographes de l'auteur de Boule de suif. Pour  toutes les actualités sur Maupassant, consulter le site Maupassantiana de Noëlle Benhamou. Vous pouvez même vous abonner à sa lettre mensuelle. mise à jour le 30/03/2010

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bernard Vassor 2258 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines