Magazine Concerts & Festivals

Hindi Zahra au club de l'Ancienne Belgique à Bruxelles, le 30 mars 2010

Publié le 30 mars 2010 par Concerts-Review

Le concert de la jolie Berbère, née au Maroc, mais Parisienne depuis 16 ans, prévu pour le 27 février, avait été reporté pour cause de maladie.
En cette fin mars le club affiche sold-out pour accueillir  Hindi Zahra et son band.
Toute la France est à ses genoux et, après le spectacle donné hier soir, la Belgique va suivre!
'Elle tue, cette petite', m'a confié ma voisine frontstage.
Right is the girl, cette nana is a killer!
Pas un hasard si son album ' Handmate' est sorti chez Blue Note.
Pas de support, tu supposes que le concert va démarrer vers 20:30'!
20:40', bordel, pas pressée, Hindi.
Le petit Zorro se fait attendre.
20:45' ouf, de soulagement: pas de ch'val, ni de grand chapeau, ni de lasso...mais quatre musiciens en piste, suivis de
2009_7-9179.JPG
 Hindi Zahra.
2009_7-9182.JPGLa fine équipe:deux guitaristes brillants, jouant aussi bien de l' acoustique, que de l''électrique.Ils passent allègrement du jazz, au swing manouche, au rock, au r'n b avec crochets par le flamenco: Thomas Naïm (déjà vu avec Hugh Coltman) et Abdenour Djemai (Cheikha Remitti-Enrico Macias) - un claviériste: Nicolas Liesnard( lui aussi actif chez Hugh Coltman, mais encore chez Jesus Volt) - et le groovy drummer Lawrence Clais.
Ils concoctent une sauce soul élégante avant l'arrivée de la nomade qui attaque 'Try'.
Première claque, un chillout soulful jazz à la Sade,de la lounge avec des tripes et des guitares hispaniques te renvoyant vers Vaya Con Dios.
Les poulettes à mes côtés ont déjà la bougeotte.
'Nanyi' titre bilingue: tamazigh (berbère) et anglais. Pas d'exotisme bon marché, mais une invitation au voyage sur fond de guitares arabo-andalouses, poussées par une voix granuleuse et chaude.
Le truc explose en flamenco endiablé.
'Fascination' du jazz ensorcelant, des flashes de Billie Holiday t'assaillent.
Tu peux comprendre les comparaisons avec Madeleine Peyroux.
..I will run away from you
I will run away from all this pain... avec le drummer en backing vocalist.
Des frissons dans le dos!
'Imik Simik' Abdenour à la basse.
Un nouveau jazz susurré et sensuel.
'At the same time' un tango indolent et gluant
..I should die in your arms... superbement lascif.
Le hit imparable ' Beautiful Tango' au clip filmé par Tony Gatlif. La folie gagne le club, qui ne remarque pas que de légers craquements intempestifs émanent des claviers.
Dès la dernière note du tango, Nicolas court signaler l'interférence à la table.
Plus aucun accroc, par la suite!

2009_7-9183.JPG
'Kiss and thrills' un blues touareg dans la lignée de Tinariwen ou Ali Farka Touré.
Le timbre de la demoiselle se colorant de touches Amy Winehouse et les guitares virant Santana.
Un solo fabuleux sur lequel Hindi entre en transe.
Délire à Bruxelles.
'Oursoul' métissé et chaloupé, style Charlie Winston. Une nouvelle fois les musiciens abordent un virage total pour transformer l'aimable ballade nord-africaine en African rock à la Touré Kunda. Pas revenus de notre surprise, le drummer accélère encore le tempo, les guitares devenant méchamment hard ( style Thin Lizzy). Pour incendier davantage le foyer, la petite ramasse la basse et entre dans la danse infernale.
A moi, se dit l'organiste, qui nous sort un solo à la Rare Earth, ça rocke sec sur scène et dans le public.
On continue dans la même veine, avec battements de mains: 'Set me Free', encore un blues du désert.
...let the fire burn in me... caliente!
Hindi transformée en furie sexy.
Laisse tomber, mec ...leave me alone, cause you don't know how to give me good love....
Hé, où ils vont, ils m'ont laissée tomber, les salauds!
J'ai l'habitude. En solo, à l'acoustique, la ballade jazzy 'Don't Forget'.
La clique rapplique, euh la moitié: Naïm et Lawrence pour 'Waiting in Vain' de Bob Marley.
Un singalong, thé à la menthe et gâteaux au miel, suave!
Un crochet par le Rif: une guitare arabo-andalouse magistrale et un chant sacré Oum Kalsoum profond, pour une 'Impro Orientale' plaintive à souhait, la litanie virant swing charnel, nerveux et incisif: 'Stand Up'.
Public déchaîné, joyeuse farandole sur scène, les guitares débordent de rage et Hindi se mue en Janis Joplin épileptique.
Un grand moment rock!
Une formidable bête de scène, sympa qui plus est, et des musiciens superbes.
2009_7-9190.JPG

Un triomphe appelant un bis, naturellement!
'Music' un rhythm 'n blues tonitruant et explosif.
Les musiciens se tirent, sauf Naïm, Hindi à l'acoustique.
Non, je la redépose, connais plus les accords.
Soyez indulgents, Bruxelles, il y a longtemps que l'on ne l'a plus interprétée: une ballade nostalgique et sentimentale ...where do broken people go...:'Broken Ones' .
Beau!
Hindi Zahra: a star is born!
Elle joue le 24 avril à Anvers , sera à Couleur Café et à Dranouter...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Concerts-Review 34841 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog