Magazine

Idiophilie, les gourous du hifi

Publié le 26 mars 2010 par Conseilachat

Ionostats, câbles ésotériques au prix aussi effrayant que déroutant, modifications en tout genre, la hifi n’échappe malheureusement pas aux gourous et aux pseudos recherches scientifiques permettant de vendre du matériel inutile.

Idiophilie, les gourous du hifi
La quête d’un son toujours plus agréable, réaliste, pur… anime bien des amateurs de musiques. On les appelle les audiophiles. Ceux-ci sont à la recherche d’un matériel toujours plus fidèle au son original (mais quel est-il ?), dans le but de profiter d’une expérience d’écoute toujours plus riche, émouvante, passionnante.

Parmi eux, quelques êtres confondent le moyen avec le but, et font du son le Saint Graal quand ils semblent se moquer tout simplement de la qualité artistique. On retrouve alors sur les forums des inepties allant de la technique à l’appréciation de la musique elle-même.

Technique, le son à tout prix

Pour atteindre cet idéal d’un son pur qui serait la restitution exacte de ce qui a été fixé sur le support, certains audiophiles lorgnent du côté de la technique pure et dure. Mais trop fainéants pour mener de véritable recherches, ils se contentent de glaner ici et là quelques informations. Se forgeant un savoir technique à partir de bribes d’informations, ils sont prêts pour l’idiophilie.

On peut alors leur vendre des élévateurs de câble en jouant sur un méli-mélo d’informations vaguement scientifiques à base de champs magnétiques, de champs électrostatiques, de composition des câbles. On trouvera également les palets presseurs pour cd, inspirés de ceux que l’on trouvait pour les vinyles, les épurateurs de courant électrique, le matériel pour définir le bon sens de branchement de la prise, les ionostats, les démagnétiseurs de cd, les retailleurs de bord de cd et les autres objets ésotériques à l’usage plus que difficile à définir…

Si tous ces équipements restent relativement abordables bien qu’ils soient inutiles, les idiophiles n’hésitent pas à investir des sommes folles dans ce qui est difficilement définissable comme autre chose que de l’escroquerie. Ainsi, les câbles RCA à plusieurs milliers d’euros, les amplificateurs à plusieurs dizaines de millions d’euros… la qualité de ces équipements est indéniable, mais est loin d’être à la hauteur du prix. Il s’agit alors de payer une marque, une image sociale.

Le plus navrant dans l’idiophilie reste la froideur dont semblent faire preuve beaucoup quant à la musique. Elle n’est plus qu’ondes à reproduire après avoir été découpée en tranches. Les plus grands artistes côtoient dans les étagère à cd les derniers artistes formatés. Entre Led Zeppelin et le dernier disque de la Star Academy, l’idiophile ne fait aucune différence. Il ne s’agit plus que de prouver que l’on a un système performant. La plupart du temps, il n’est  d’ailleurs même pas question de musique. On discute sur les forums idiophiles de basses à quelques Hz, de médium clairs, d’aigus agiles, mais qu’ils proviennent de Maria Calas ou d’André Rieu n’importe nullement.

Lors des comparatifs, les mêmes mots reviennent encore et encore : scène musicale aérée, clarté, définition… Mais ne vous y trompez pas, l’idiophile ne tient qu’à vous prouver par ces mots que passer un cd dans un démagnétiseur permet d’obtenir les qualités précédemment citées.

Si vous pensiez que l’idiophile aimait la musique, vous vous êtes trompé, il n’aime que le son. La preuve en est que pour prouver sa supériorité, l’idiophile n’hésite pas à parler des oreilles d’or. Il jette sur tous les forums les preuves de sa capacité à dominer : un test d’audition aux résultats exceptionnels. Lui peut entendre les moindres sons, y compris ceux dont la fréquence les rapproches plus des ultra-sons. Est-il besoin d’avoir la vision acérée d’un microscope pour apprécier des tableaux ? Est-ce là l’intérêt de l’art ?

Et l’audiophile dans tout ça ?

L’audiophile, lui, est simplement un amateur de musique qui désire obtenir le son le plus pur possible pour profiter pleinement des enregistrements de ses artistes préférés… La différence est donc bien mince de l’audiophile à l’idiophile. Les sommes engagées font souvent toute la différence. La capacité à discuter, à écouter des arguments, à rester raisonnable les rend tout simplement plus agréables lors de toute échange. La plupart des audiophiles est capable de vous parler de l’émotion que leur procure un disque.

Et vous dans tout ça ?

Pour qui désire simplement obtenir quelques informations sur du matériel hifi avant de l’acheter, mieux vaut éviter les forums audiophiles, largement pollués par des idiophiles persuadés de détenir la vérité et incapables de la moindre mesure. La seule solution valable reste l’écoute dans un magasin. C’est un service que toute enseigne sérieuse vous proposera avant tout achat. Munissez-vous de votre album préféré, celui que vous connaissez par cœur, et, reposé et disponible à la musique, passez la porte d’un magasin de hifi près de chez vous. Veillez simplement à ne pas vous laisser duper par les idiophiles qui officient parfois comme vendeurs dans ces magasins.

En faisant confiance à vos oreilles, vous vous assurez des surprises à la hauteur de votre amour de la musique, vous vous épargnerez des réflexions qui en disent long sur l’insensibilité musicale chronique de bien des soit-disant amateurs et leur snobisme. Et puisque c’est vous qui écouterez principalement votre système audio, pourquoi confier à un autre le plaisir de le choisir.

Quelques mythes à descendre :

Au risque d’explications oiseuses quant au bienfondé de tous ces mythes, je vous livre ici quelques idées fréquemment retrouvées sur les forums idiophiles :

  • les oreilles d’or : certains sont doués d’une ouïe leur permettant de reconnaître les différences produites par le sens de branchement de la prise, par la démagnétisation d’un cd, si vous n’entendez pas la différence, vous êtes sourd, c’est tout.
  • les câbles ont une claire influence sur le son. Du câble d’alimentation pour le matériel au câble RCA, les métaux utilisés modifient le son. Cela semble provenir de la conductivité propre à chaque métal. Cela signifie surtout que certains sont capables de reconnaître les différences produites par la circulation d’une information à une vitesse proche de celle de la lumière sur des distances aussi courtes que quelques dizaines de centimètres (voir oreille d’or)…
  • les cd gravés ne sont pas audiophiles. Naturellement, si vous pouvez faire la différence entre quelques milliardièmes de secondes, une différence entre le moindre 0 ou 1 sur un cd sera immédiatement perçue elle aussi. Et puis il est bien connu que les graveurs aiment changer les informations en cours de gravures.
  • Tout ce qui provient de l’analogique peut être appliqué au digital, c’est comme ça. D’où les palets presseurs, les traitements de surface pour un cd…
  • Les lecteurs portatifs sont une hérésie sonore. Qu’importe que certains de ces lecteurs soient capables de lire des formats tels que le FLAC, parfois disponibles dans une qualité supérieure à celle du cd… Qu’importe également que les encodages en MP3 aient évolué et continuent de le faire au point de rendre inaudible bien des pertes.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • L’année numérique

    L’année numérique

    Depuis 2009, voici l'exercice de recul sur l'année numérique écoulée avec projection sur l'année qui commence. Cette année 2020 a accéléré la transformation... Lire la suite

    Par  Davidfayon
    HIGH TECH, INTERNET, WEB2.0
  • Cake au café et aux dattes

    Cake café dattes

    Une recette qui réchauffe ( recette de notre amie Diane, Québécoise gourmande )ce cake vient à point nommé pour le dessert du soir, en regardant tomber la... Lire la suite

    Par  Annickb
    CUISINE, RECETTES

A propos de l’auteur


Conseilachat 37 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte