Magazine Culture

Anthologie permanente : Norge

Par Florence Trocmé

PLUS B'SOIN 
  
Le colonel n'a plus b'soin d' brosse à dents ; 
Il a laissé sa gueule à la bataille. 
  
Le p'tit navir' n'a plus b'soin d' sa voilure ; 
Il a crevé sa coque à la rocaille. 
  
La belle enfant n'a plus b'soin d' rob' de noces ; 
Elle a jeté sa fleur à la canaille. 
  
Le p'tit poulet n'a plus b'soin d' son plumage ; 
On a troussé son cul pour la ripaille. 
  
Lison, ton coeur n'a plus b'soin d' mon amour ; 
Ton coeur est dur comme un pan de muraille. 
  
Adieu frou-frou, genoux, bisous, rimailles : 
Plus b'soin de rien quand on a b'soin de tout. 
  
Norge, La Langue verte (Gallimard 1954), in Remuer ciel et terre, Labor 1985, p. 170 
  
CHUTE D'UNE DÉESSE 
  
Paf ! l'a chu, la grande idôlée. 
L'était belle et tant cajolée ; 
Paf ! l'a chu d'un' seul' tribolée. 
  
Dans ses mâchefers, ses plâtras, 
Ses tracas, ses cas, ses fatras 
Paf, l'a chu, l'est tote à plat 
  
Z'orgues, vous peut bien gazouiller. 
Z'encens, vous peut bien grésiller. 
Z'esprits, vous peut bien zézayer. 
  
Paf, l'a chu et l'est tote à plat. 
  
Fallait pas qu'ell' fass' tant semblant. 
Fallait pas qu'ell' no saigne à blanc. 
Fallait du coeur, fallait du flanc. 
  
N'en avait plus, n'en avait pas. 
N'avait plus qu' feintise et blabla : 
L'a bien chu, paf, l'est tote à plat. 
  
Norge, La Langue verte (Gallimard 1954), in Remuer ciel et terre, Labor 1985, p. 186 
  
CRIME ET CHÂTIMENT 
  
Il avait pris l'habitude de ne plus répondre 
Et quand on l'interrogeait, il se donnait simplement l'air d'une poule qui va pondre. 
Il avait pris l'habitude de ne plus se défendre 
Et quand on l'accusait, il se donnait simplement l'air de quelqu'un sous qui la terre va se fendre. 
Les choses les plus sérieuses, il semblait vraiment s'en amuser. 
Et allait jusqu'à sourire devant les guichets et dans les musées. 
Évidemment, cette façon de faire devait lui attirer des ennuis. 
Rien n'est insupportable comme quelqu'un qui sourit jour et nuit. 
Évidemment, ce qui devait arriver est arrivé 
Et un jour, il s'est réveillé en prison avec les deux pieds rivés. 
Évidemment, il n'y avait pas de raison de l'en faire sortir 
Puisqu'il n'y avait pas eu de raison de l'y faire entrer. 
Voilà ce que c'est, Messieurs-dames, de sourire 
Quand les autres ne savent pas pourquoi vous souriez. 
  
Norge, La Langue verte (Gallimard 1954), in Remuer ciel et terre, Labor 1985, p. 217 
  
Remuer ciel et terre, Labor 1985 (268 p.), reprend Les râpes, (Seghers 1949), Le gros gibier (Seghers 1953), Famines (Stols 1950) et La Langue verte (Gallimard 1954), avec une lecture de Jean-Marie Kinkenberg. Les trois textes cités ici ne sont pas repris dans l'anthologie de Poésie/Gallimard, Poésies 1923-1988, choix et présentation de Lorand Gaspar. Les Oeuvres poétiques 1923-1973 (Seghers) ainsi que de nombreux recueils publiés chez de petits éditeurs sont devenus introuvables. Les volumes parus chez Gallimard et Flammarion sont encore disponibles. A quand une édition des poésies complètes de Norge ? 
  
par Benoît Moreau 
  
  
Norge dans Poezibao :
Bio-bibliographie, extrait 1, extrait 2, extraits 3  
S’abonner à Poezibao
 
Une de Poezibao


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines