Magazine Culture

L'immortel, Franz-Olivier Giesbert

Par Craklou

J'avais entr'aperçu l'affiche du film dans des magazines et des salles de ciné, et cette dernière m'intriguait, sans que je sois allée me documenter outre mesure pourtant. Mais c'est pourquoi lorsque l'équipe Ulike m'a contactée pour recevoir un exemplaire du roman, j'ai tout de suite accepté. Et je ne le regrette absolument pas !!

immo.jpg

"

Un homme est laissé pour mort dans un parking avec 22 balles dans le corps. Contre toute attente, il ressuscitera avant de se venger de ses ennemis. C'est l'histoire d'un Monte-Cristo des temps modernes, un suspense inspiré de faits réels mais où tout est inventé, au cœur du milieu marseillais. Dans ce roman dont Marseille est le héros, toute ressemblance avec des personnages ayant existé n'est pas toujours fortuite. L'auteur a fait du vrai avec du faux et du faux avec du vrai. C'est pourquoi, ici, tout est vrai et tout est faux, comme dans les livres, comme dans la vie, comme en Provence.

"

N'étant pas vraiment fan de la ville, j'avais pourtant passé un très bon moment avec mon dernier roman marseillais, dont j'avais trouvé qu'il savait à merveille en décrire l'ambiance si particulière. Ici, c'est la même chose. Tout en étant très différent, ce roman réussit à saisir ce je en sais quoi qui fait de Marseille une ville si particulière, et encore une fois, j'ai vraiment eu l'impression de m'y retrouver, à lire les descriptions des villas et des calanques. Descriptions qui m'auraient presque donné envie d'y retourner, ce qui, en soit, est déjà beaucoup !!

La construction du roman est fantastique ; un pas en avant, un pas en arrière (trois pas sur le côté et trois pas de l'autre côté... il était une bergère etc.), un saut dans le présent : la dynamique est terrible, sans que l'on s'embrouille pour autant. Il faut dire aussi que le style est super limpide, entraînant, et pourtant bourré de ces petits détails qui font un bon roman. En bref, on s'y croirait, mais on ne traîne pas! 

Les personnages ont tout des truands qu'un quidam qui n'y connaît rien s'imagine ; chacun doté de leurs petits tics, grains de personnalité qui en font tout de même de simples êtres vivants même s'ils évoluent dans la "cour des grands". Pas grand chose de plus à ajouter si ce n'est qu'ils font terriblement "vrais". Et que la plupart sont drôles, vraiment!

Quant à l'intrigue, on comprend rapidement qu'elle est louche, toute cette histoire d'accident dans un parking souterrain, et on se prend au jeu du commissaire Sastre qui bute désespérément sur un trop plein de cadavres, lui aussi tout aussi louche. Et puis rapidement, plus que de savoir le fin mot de cette histoire de départ, on en vient à savourer tout autant les grandes machinations dans lesquelles trempent tous nos personnages. Quand la grande révélation intervient, on ne s'en soucie plus tellement (même si j'avais deviné, ha!), et on ne peut s'empêcher d'admirer le talent avec lequel l'auteur a réussit à nous en détourner au fil de la lecture.

Pour résumer, un très bon roman, presque un coup de coeur, que j'ai apprécié autant pour l'ambiance dans laquelle il nous plonge que pour le côté policier de l'intrigue.

J'ai bien envie maintenant d'aller le voir au cinéma, d'autant plus que Jean Réno, mon chouchou, colle parfaitement à l'image que je me suis faite de Charly (il faut dire que le fait qu'il trône sur la couverture a peut être un rien orienté mon imagination...).

Et pour cette très bonne découverte, je remercie très sincèrement l'équipe Ulike et les éditions J'ai lu


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Craklou 58 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines