Magazine Cinéma

PIRANHAS (Joe Dante - 1978)

Par Actarus682

PIRANHAS (Joe Dante - 1978)Surfant sur le succès de Jaws (Les dents de la mer - 1975), le roublard Roger Corman, producteur-réalisateur-dénicheur de talents qu'on ne présente plus, proposa au débutant Joe Dante la réalisation d'un film utilisant les mêmes ficelles que son prestigieux modèle (jusque dans l'affiche), les moyens en moins.

Acceptant l'offre, Dante se lança dans le projet et livra avec Piranhas son premier succès qui, malgré l'évidente absence de budget, constitue un film d'horreur de très bonne facture, de ceux que l'on regarde avec nostalgie, à l'image de tous ces films d'horreurs de la fin des 70's/début des 80's que l'on découvrait adolescents en VHS.

PIRANHAS (Joe Dante - 1978)

Suite à des manipulations génétiques de l'armée américaine sur des piranhas dans le but d'aller croquer du Nord-Vietnamien (la guerre du Vietnam touchait à sa fin), une rivière se voit infestée de ces petites créatures aux dents pointues, qui ne sont pas contentes, et qui, de toute évidence, ont besoin de se remplir l'estomac. Vous jetez dans l'eau des touristes venus se détendre dans un parc de loisirs, des enfants en colonie de vacances ainsi qu'une poignée de personnages tentant d'éradiquer la menace, et vous obtenez un film d'horreur efficace, sachant créer du suspense sur plusieurs scènes, et mis en images avec un savoir-faire bien supérieur à la moyenne.

PIRANHAS (Joe Dante - 1978)

Par ailleurs, c'est un plaisir de dénicher les points communs entre ce film et Les dents de la mer, qu'il s'agisse des plans sous-marins mais aussi de la caractérisation des personnages eux-mêmes. Ainsi, l'on trouve un gérant de parc de loisirs faisant l'autruche face à la menace (avatar du maire d'Amity dans le film de Spielberg), un héros déterminé à éradiquer l'invasion (double du shérif Brody), et un militaire, vieux briscard revenu de tout (écho du pêcheur Quint). Par ailleurs, Joe Dante parsème son film d'autres petits clins d'oeil ostentatoires à son modèle, comme cette séquence dans laquelle la jeune héroïne joue à un jeu vidéo inspiré de Jaws, ou encore la scène d'ouverture, où une jeune femme prend un bain de minuit (seins nus, celà va de soi), et meurt sous les crocs acérés des poissons gloutons.

PIRANHAS (Joe Dante - 1978)

Il faut également souligner le caractère foncièrement anti-conventionnel du metteur en scène, puisqu'il n'hésite pas à jeter en pâture aux piranhas des gamins de 10 ans qui se font boulotter sans autre forme de procès, ou encore le plan final d'extinction des piranhas, anti-écolo au possible. En ces temps de pollution des esprits par la pensée unique écologique, ça fait du bien.

PIRANHAS (Joe Dante - 1978)

L'on pourra en revanche reprocher à Joe Dante des plans sous-marins un peu trop répétitifs dans lesquels les piranhas attaquent leurs proies, plans qui deviennent véritablement redondants au fur et à mesure que le métrage se déroule. Mais le plaisir de suivre une série B d'une telle qualité est intact, et il est toujours très émouvant de voir les premiers pas d'un futur grand réalisateur. Pour l'anecdote, James Cameron prendra la main 3 ans plus tard avec Piranhas 2... 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Actarus682 461 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines