Magazine Médias

Radio: Philippe Val s'interroge sur la place de Stéphane Guillon!

Publié le 20 avril 2010 par Pierrecaubel

 France Inter Philippe Val juge
 

Philippe Val, directeur de France Inter, qui prépare une nouvelle grille de rentrée, s'interroge sur la « place » du chroniqueur Stéphane Guillon dans la matinale, où il officie actuellement à 7 h 55. « Le problème n'est pas Stéphane Guillon en soi, c'est sa place. Il n'est écrit nulle part que l'humour doive intervenir à 7 h 55 », indique Philippe Val dans un entretien paru dans Le Monde daté d'aujourd'hui, 20 avril 2010. « Jusqu'où peut-on aller dans ce mélange sans nuire à l'information ? Le chantier est en cours, mais c'est une vraie interrogation », poursuit le directeur de France Inter. Il laisse ainsi entendre que Stéphane Guillon pourrait quitter la matinale la saison prochaine. C'est la première fois que Philippe Val s'exprime publiquement depuis la polémique née de la caricature du ministre de l'Immigration et de l'Identité nationale Eric Besson sur son physique par Stéphane Guillon. Celle-ci avait conduit le pdg de Radio France Jean-Luc Hees à lui présenter des « excuses du groupe » public. Stéphane Guillon avait déjà suscité l'an dernier la colère de l'Elysée et du directeur général du FMI Dominique Strauss-Kahn après avoir évoqué la vie privée de ce dernier à l'antenne.
En début d'année, Philippe Val avait jugé, devant la Société des journalistes de France Inter, « inacceptable » une autre de ses chroniques.
« Ce que dit Stéphane Guillon ne me pose pas de problème, il est dans le champ démocratique : on peut dire tout ce qu'on veut sur ce que font les gens, pas sur ce qu'ils sont », commente Philippe Val dans Le Monde, ajoutant : ça n'est « pas l'humoriste qui fait l'antenne ». Le directeur ajoute qu'il n'est « pas question pour le moment de changement à la tête de la rédaction », dirigée par Hélène Jouan, précisant que « ce sera le désir de chacun de rester, selon qu'il se sent bien ou pas dans son poste ». Mais il indique par ailleurs qu'« il y aura des changements sous peu » au niveau de la direction.
Concernant la réforme controversée de l'audiovisuel, qui permet notamment au pouvoir exécutif de proposer le nom des présidents de l'audiovisuel public, et qui a conduit à la nomination de Jean-Luc Hees à Radio France, Philippe Val estime que « la reprise en main n'est qu'un fantasme » et que « l'indépendance s'entend à chaque quart d'heure ».
Interrogé sur la nouvelle grille, Philippe Val répond que « sans rien toucher à l'ADN », il faut cependant « l'adapter en continu à l'air du temps ». « Nous sommes à une époque où il faut plus de lien dans la société. Or la radio c'est du lien », ajoute-t-il. Quant à l'étendue des modifications, « changer même un tiers d'une grille c'est aller à l'incident : les auditeurs ne s'y retrouveraient pas ».

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pierrecaubel 84 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines