Magazine Culture

Valery Larbaud : “La lecture, vice impuni !

Publié le 20 avril 2010 par Halleyjc

deon_michel001_petit.1271775606.jpg
Michel DEON

valery-larbaud.1271775591.jpg

larbaud.1271778106.jpg

29 août 1881 : Naissance de Valery Nicolas Larbaud à Vichy ;
il est le fils unique de Nicolas Larbaud,
propriétaire des eaux Vichy Saint-Yorre,
et d’Isabelle Bureau des Étivaux,
fille de Valery Bureau des Étivaux,
avocat et homme politique,
exilé sous l’Empire,
ami d’Eugène Sue.

Michel Déon raconte Valery Larbaud

Michel Déon, de l’Académie française, président de l’Association internationale des Amis de Valery Larbaud

L’écrivain Valery Larbaud s’est éteint le 2 février 1957. Pour la commémoration du cinquantième anniversaire de sa mort, Michel Déon, de l’Académie française, évoque les qualités littéraires de cet écrivain sensible à la beauté et au plaisir, grand traducteur d’auteurs anglais, américains, espagnols et italiens.

Découvrez ce très beau témoignage sur le site de Canal Académie.

http://www.canalacademie.com/ida1822-Michel-Deon-raconte-Valery-Larbaud.html

Voici comment Marcel Arland décrit Larbaud :

"Je revois son air trapu et délicat, comme celui de ses petits monts bourbonnais, exotisme en plus. Un curieux masque, hardi et subtil tout ensemble, que se partageaient la sensualité gourmande, mais non point sans humour (le nez, surtout les lèvres) et la claire intelligence des yeux et du front ; des gestes retenus, mais dont une bruquerie soudaine n’eût pas étonné ; des lenteurs toujours en éveil ; des hésitations où je croyais sentir la feinte d’une ténacité foncière ; une voix inégale, plutôt sourde, qui hésitait aussi, mais n’en suggérait que mieux la libre voix qu’il devait prendre seul avec lui-même ; sous la réserve la plus finement policée, une intime violence, me sembla-t-il, un goût du risque, et même un peu de provocation ; la mine d’un homme qui a beaucoup vu et senti, qui a joui du meilleur, et pourtant de la malice, de la fraîcheur, parfois une sorte d’ingénuité ; dans le sourire, cette discrétion attentive, non sans douceur, qui semble garder la trace d’une cruauté ressentie ou, mieux encore, éprouvée ; avec tout cela, l’air de n’être point tout à fait à l’aise dans un rôle et dans un corps... "

Michel Déon préside l’Association internationale des Amis de Valery Larbaud, dans laquelle l’on rejoint d’autres écrivains membres du jury : Roger Grenier, Jean Blot, Georges-Emmanuel Clancier, Paul Constant, Olivier Germain-Thomas, Christian Giudicelli, Marc Kopulov, Monique Kuntz, Jean-Marie Laclavatine, Dominique Rolin, de l’Académie royale de Belgique et Robert Sabatier de l’Académie Goncourt. Le jury décerne en 2007 (à Vichy le samedi 2 juin) le 41 ème prix littéraire Valery Larbaud. Il est attribué à Vincent Delecroix pour son roman Ce qui est perdu (Gallimard).

La ville de Vichy a organisé une commémoration nationale, et notamment une exposition sur le thème du Journal Intime. C’est l’occasion pour Michel Déon de parler dans cette émission de la manière dont lui-même tient son journal.

Michel Déon évoque aussi le travail considérable effectué par Valery Larbaud pour élargir l’horizon littéraire des français en ayant traduit nombre d’auteurs étrangers. Il faut dire, comme le rappelle Déon, que Larbaud était quasiment polyglotte et parlait aussi bien l’anglais que l’espagnol, l’italien et même le portugais... Michel Déon raconte ici une anecdote amusante d’un séjour de Larbaud au Portugal. Larbaud qui traduisit notamment James Joyce, Walt Witman, Coleridge, Samuel Butler... Michel Déon précise d’ailleurs qu’à son goût, la traduction de l’Ulysse de Joyce par Larbaud reste irremplaçable.

Michel Déon, qui collectionne toutes les éditions des œuvres de Valery Larbaud (voir sa bibliographie ci-dessous) décrit le contenu de la bibliothèque de Larbaud, bibliothèque que l’on peut aujourd’hui visiter à Vichy et où de nombreux universitaires viennent travailler.

Il détaille également les qualités littéraires pour lesquelles il apprécie Valery Larbaud : un style limpide, "quelqu’un qui nous parle à l’oreille", "un homme qui porte attention à la beauté des choses"...

Enfin, pour terminer l’émission, Michel Déon commente trois phrases de Valery Larbaud :
 "de mes 18 à 21 ans, la librairie a été mon principal lieu de plaisir"
puce.gif" alt="-" width="8" height="11" /> "la lecture, vice impuni".

et le moindre intérêt de l’émission n&aisir de flâner à la recherche d’une édition rare et la quête de la beauté...

Pour aller plus loin :

Médiathèque municipale Valery-Larbaud : mediatheque@ville-vichy.fr

Association internationale des Amis de Valery Larbaud : Monique Kuntz : monique.kuntz@wanadoo.fr

Principales oeuvres de Larbaud

Cette liste est extraite du site de la commémoration : http://www3.ac-clermont.fr/pedago/lettres/larbaud.htm#biblio La liste qui suit ne saurait être exhaustive, tant Valéry Larbaud a écrit d’articles, notamment pour la N.R.F, de traductions mais aussi d’essais sur de très nombreux écrivains et poètes. Il suffit de compulser la bibliographie d’Anne Chevalier dans le Cahier de l’Herne, n°61, de 1992, pour s’en rendre compte. Cette bibliographie ne reprend donc que les oeuvres principales de l’auteur.

  •    Les Portiques (1896)
  •  Poèmes, par un riche amateur, ou Oeuvres françaises de M. Barnabooth (1908)
  •  Fermina Marquez (l910)
  •  A.O. Barnabooth. Ses oeuvres complètes, c’est àblog.lemonde.fr/wp-admin/dist/puce.gif" alt="-" width="8" height="11" /> Questions militaires (1913)
  • %0A%0A%0A
  •  Beauté, mon beau souci... (1920)
  • %0A%0A%0A
  •  Mon plus secret conseil... (1923)
  •  Ce vice impuni, la lecture (l924)
  •  Septimanie (1925)
  •  200 chambres, 200 chambres de bains (l926)
  •  Crayons de couleurs (l 927)
  • <#160;Jaune, Bleu, Blanc. (1927)
  •  Laidth="8" height="11" /> Aux couleurs de Rome (l 938)
  •  « Sous l’invocation de de Saint Jérôme&"-" width="8" height="11" /> Gaston d’Ercoule (1952)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • LE BONNEC, Valery

    Biographie Valéry Le Bonnec est né en 1975 sous le règne d’un président dont il porte aujourd’hui le prénom. Après un parcours scolaire chaotique, il retrouve l... Lire la suite

    Par  Krri
    CULTURE, LIVRES
  • Larbaud #2

    Larbaud jamais où il pourrait être. Il traverse un siècle en marchant à côté. L'Histoire est fausse. Il n'y a pas de guerre début 20e. Il n'y a pas de monde,... Lire la suite

    Par  Menear
    CULTURE
  • Larbaud #3

    Après légère pause, reprise Larbaud. Ce passage en particulier, entre Annecy et Corfou, retient mon attention. Parce que j'y reconnais le même mécanisme de la... Lire la suite

    Par  Menear
    CULTURE
  • l'Europe, vue par Paul Valery

    l'Europe, Paul Valery

    Considérations sur l’Europe, signées Paul Valéry (1871-1945)   « Les misérables européens ont mieux aimé jouer aux Armagnacs et aux Bourguignons, que de... Lire la suite

    Par  Dubruel
    CULTURE
  • Larbaud #4

    Larbaud

    1932 : Larbaud lève enfin la tête : c'est la première incursion de l'Histoire dans le Journal, et c'est Naples. Un regard au hasard entre les rangs d'un défilé... Lire la suite

    Par  Menear
    CULTURE
  • Larbaud #5

    Larbaud

    Avant que Larbaud laisse place au souvenir de Larbaud, lui-même étape transitoire avant l'oubli complet et définitif de Larbaud, deux paragraphes de 1934,... Lire la suite

    Par  Menear
    CULTURE
  • Larbaud #6 & fin

    Larbaud

    Le Journal de Larbaud prend fin en 1935, on en vient. J'ai mis deux mois pour traverser ses 34 ans de plume et d'encre. Le livre aussi a souffert, 1500 pages... Lire la suite

    Par  Menear
    CULTURE

A propos de l’auteur


Halleyjc 1348 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines