Magazine Culture

La vierge de Bruges

Par Apollinee

La vierge de Bruges

"Pour Hans Memling, un portrait devait avant tout souligner le visage - la fenêtre de l'âme -, qu'il dessinait, modelait et lissait à la manière d'un sculpteur."

C'est à une enquête policière avec, pour toile de fond, l'atelier du célèbre peintre Hans Memling, que Patrick Weber nous convie, avec la ré-édition,ces jours, dans la collection Masque, d'un polar paru chez Hachette en 1999.

Introduit comme apprenti chez le peintre, Pieter Linden doit affronter un défi double: faire valoir, auprès du Maître, une passion et un talent réées tout en déjouant une machination meurtrière orchestrée contre Lorenzo Rienzi, un riche Florentin.

Conjuguant à son tour sa formation d'historien de l'art et son talent de romancier, Patrick Weber propose au lecteur une approche intéressante d'un peintre longtemps oublié de l'Histoire:

" Formé par le grand maître bruxellois Rogier Wan der Weyden, Hans Memling n'en avait pas moins exploré sa propre voie artistique en rejetant les types pathétiques et le réalisme exacerbé qu'affectionnait son maître, pour composer un univers qui tendait à l'idéalisation. Tout l'art du peintre consistait à adoucir les formes sans tomber dans la mièvrerie, à révéler le beau que chacun porte en soi sans nuire à la personnalisation de l'oeuvre."

La vierge de Bruges, Patrick Weber, roman, Ed. du Masque, coll. "Labyrinthes", mars 2010, 190 pp, 6,5 €


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Apollinee 3972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines