Magazine Culture

Joseph Malord William T et ses maîtres au Grand Palais

Publié le 27 avril 2010 par Popov

etude nocturne : clair de lune

On a tendance à l'encenser. A dire de lui qu'il est le peintre le plus important du XIXème  siècle. On a tendance à oublier son prénom en le réduisant à trois initiales pour ne conserver que son vénérable patronyme, Turner. Turner en ses oeuvres, Turner et ses peintres. Ainsi s'intitule l'exposition de l'artiste au Grand Palais et qui ambitionne de coller à chaque tableau du maître anglais la peinture d'un ancien ou d'un contemporain qui l'aurait inspiré. Alléchant de prime abord,le jeu des "sept différences" devient vite décevant . Pourquoi ? Joseph Malord William, ce "taciturne', ce "tricheur" disent certains, ce "conformiste" dont la vie aurait pu donner à Peter Greenaway un de ses plus beaux scenari est au fond, un peintre académique.On dit qu'il inspirera l'impressionnisme mais lequel. Car tous ne sont pas impressionnants. Excepté ce premier et petit tableau ("Clair de lune") aucune oeuvre ne m'a touché dans cette exposition didactique. C'est grâce à ce tableau que Turner va entrer à l'académie Royale de peinture de Londres. Après, toute sa peinture deviendra ...académique. Turner voue une dévotion à Claude Gélée dit Le Lorrain. Et tant mieux...Il aime Poussin . Il aime Piranèse (dont les geôles à elles seules valent le détour).Il aime Ruysdael qu'il se plaît à détourner. Mais au fond, il cherche à rester "tendance" comme on dirait aujourd'hui. Il surfe sur l'âme du temps.Il aime certains de ses contemporains. Il est anglais  "britannisant". Il veut rivaliser avec les jeunes de son temps. Il veut se faire remarquer. On dit de ses toiles qu'elles frappent immédiatement comme une fenêtre qui provoquerait un vent coulis.Pour y parvenir il n'hésite pas à achever ses toiles au dernier moment.Signe qui ne trompe pas : il fait parfois la finition juste avant l'ouverture des portes de l'exposition en fonction de ce qu'ont fait les autres pour les griller sur la ligne ...Drôle de paroissien.

Turner est un classique au mauvais sens du terme. 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Popov 46 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte