Magazine Culture

Charles Olson

Par Florence Trocmé

Charles Olson naît le 27 décembre 1910 à Worcester (Massachussets), d’un père d’origine suédoise et d’une mère d’origine irlandaise. Il fait ses études secondaires à Worcester et, lauréat d’un concours de rhétorique, il part en 1928 pour dix semaines en Europe. À la fin de ses études à l’université de Middleton (Connecticut,) il passe en 1933 une thèse sur Melville, puis enseigne (1934-1936) à l’université de Worcester. En 1936 il rencontre Edward Dahlberg qui l’introduit dans les milieux littéraires et l’aide à publier son premier essai, en 1938, Lear and Moby Dick. Il devient en 1937 directeur d’études à Harvard.
Il écrit ses premiers poèmes en 1940, à New York, où il vit et où il rencontre Constance Wilcock qu’il épouse. De 1940 à 1944 il travaille pour l’Office of War Information ; en 1945 il assiste à la mise en accusation d’Ezra Pound qu’il considère comme un des maîtres de la littérature américaine. Il enseigne en 1948-1949 au Black Mountain College, en Caroline du Nord, où il remplace Edward Dahlberg ; dans cet établissement particulier ont enseigné le chorégraphe Merce Cunnigham, le peintre Rauschenberg, le musicien John Cage, les poètes Robert Creeley, Robert Duncan, etc.
Son premier recueil de poèmes, X & Y, paraît en 1949. Il écrit en 1950 le poème liminaire de son grand œuvre, Maximus, dont le projet est né en 1946. Il retourne en 1951 au Black Mountain College, où il enseigne jusqu’à sa fermeture en 1956 ; il y rencontre Elisabeth Kaiser, qui sera sa seconde épouse. À partir de 1952, les recueils de poèmes se succèdent et il est régulièrement invité pour des lectures aux Etats-Unis et au Canada. Après la mort de son épouse dans un accident de voiture, en 1964, sa santé décline. Il meurt d’un cancer du foie le 10 janvier 1970.
note compose par Tristan Hordé

Bibliographie
•en anglais
Poésie :
In Cold Hell, in Thicket (1953)
The Distances (1960)
The Maximus Poems (1960)
The Maximus Poems, IV, V, VI (1968)
The Maximus Poems, Volume Three (1975)
The Maximus Poems (1983)
The Collected Poems of Charles Olson (1987)
Prose
Call Me Ishmael (1947)
Projective Verse (1950)
The Mayan Letters (1953)
A Bibliography on America for Ed Dorn (1964)
Human Universe and Other Essays (1965)
Selected Writings (1966)
Casual Mythology (1969)
The Special View of History (1970)
Additional Prose (1974)
The Post Office: A Memoir of His Father (1974)
Lettres
Letters for Origin (1969)
Charles Olson and Robert Creeley: The Complete Correspondence (1990)
Selected Letters (2000)
Théâtre
The Fiery Hunt and Other Plays (1977)

 

•en français
Appelez-moi Ismaël, trad. de Maurice Beerbloch, Gallimard, 1962
Au travers de l’espace et du temps, trad. par Auxeméry, hors-commmerce, 1981
Maximus amant du monde, choix de poèmes extraits de Maximus, et un poème tiré d’une lettre à Creeley, trad. et présenté par Auxeméry, Ulysse fin de siècle, 1988
Lettres Mayas, trad. de Vincent Dussol, avec une introd. de Kenneth White, Trois cailloux, Maison de la culture d’Amiens, 1990
Commencements [textes de diverses origines], trad. par Vincent Dussol, Holly Dye, Éric Giraud, Pascal Poyet, Bernard Rival, Bénédicte Vilgrain, Théâtre typographique, 2000
Les martins-pêcheurs, Vers projectif et autres poèmes, présentés et traduits par Auxeméry, Ulysse Fin de Siècle, 2005

Sites
Nombreuses ressources audio (en anglais)
un blog en anglais entièrement dédié à Charles Olson
une fiche bio-bibliographique (en anglais)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines