Magazine Culture

Notice sur la vie et les travaux de Raymond Barre par Georges-Henri Soutou, de l’Académie des sciences morales et politiques

Publié le 28 avril 2010 par Halleyjc

CANALACADEMIE présente le très beau discours du successeur de Monsieur Raymond Barre à l'Académie des Sciences Morales et Politiques. Et de fait nos frères de la Réunion que je qualifie souvent d'être les enfants de Monsieur Michel DEBRE, les Réunionais sont aussi les enfants de Monsieur Raymond BARRE. On comprend mieux avec ces deux monstres de la politique française que la Réunion se soit baricadée solidement dans la constitution de notre pays. 

Lire cet article ici

http://www.canalacademie.com/ida5675-Notice-sur-la-vie-et-les-travaux,5675.html

En voici quelques extraits :

Succédant à Raymond Barre à l’Académie des sciences morales et politiques, l’historien Georges-Henri Soutou a, comme il est d’usage, lu la notice qu’il a rédigée sur la vie et les travaux de son prédécesseur. Devant ses confrères réunis en séance solennelle le lundi 12 avril 2010, il a dressé le portrait de l’universitaire, de l’économiste et de l’homme politique, en révélant des aspects souvent méconnus d’une personnalité à laquelle les Français accordaient une grande confiance.

Raymond Barre, homme d’action d’une fermeté granitique dans ses convictions

Au cours de sa carrière, G.H. Soutou eut plusieurs fois l’occasion de rencontrer Raymond Barre, ainsi qu’il l’explique dès les premières phrases de cette notice qu’il lui consacre. Il en souligne d’emblée la personnalité attachante : homme pudique, affable, éminement accessible et immensément cultivé, d’une autorité naturelle mais d’une fermeté « granitique » dans ses convictions. Et surtout, homme animé d’un intense souci de l’intérêt général. Il précise aussi deux caractéristiques de la personne : sa totale indépendance d’esprit (il n’appartint jamais à aucun parti politique) et son aptitude à établir, comme l’a souligné son élève Jean-Claude Casanova, des liens entre l’économie, la politique et l’histoire.

Il rappelle qu’il est né, le 12 avril 1924, à Saint-Denis de La Réunion, qu’il quitta son île en 1945 mais sans jamais lui ôter affection ni intérêt. Il a 16 ans en 1940, appelé sous les drapeaux en 1944, il est démobilisé en 1946, et entreprend des études d’économie.

1 - L’économiste et l’universitaire.

Raymond Barre, agrégé de droit et de sciences économiques en 1950, ne fut pas seulement un économiste. Il resta tout sa vie un professeur d’économie fort apprécié de ses étudiants -d’abord à Caen puis à Paris- et un chercheur en ce domaine. Son "Traité d’économie politique" est un manuel toujours en usage, familièrement appelé "le Barre". Dès cette époque, il participa à un travail de réflexion important et novateur destiné, notamment, à faire sortir la France de sa tradition protectionniste et à l’ouvrir sur l’extérieur.

Georges-Henri Soutou insiste sur la ligne politique qui orienta tous les choix de Raymond Barre : supprimer ce qu’il appelait les « rigidités françaises » : moderniser l’économie française, minimiser l’extension du secteur public, modifier la machinerie gouvernementale... L’homme n’était pas un dogmatique mais il aimait chercher, observer. Pour lui, les questions économiques étaient toujours liées aux questions sociales. Un séjour en URSS (en 1958) l’avait éclairé sur les dangers d’une économie trop dirigée. Il avait relevé, avec les autres membres de la délégation française, combien un enseignement dominé par l’idéologie donnait une culture pauvre, en économie comme en d’autres disciplines.

2 - l’Européen

Georges-Henri Soutou n’a garde d’oublier le rôle essentiel de Raymond Barre dans la construction de l’Europe, en particulier lorsqu’il fut nommé par De Gaulle Commissaire à Bruxelles, nomination qui n’était point l’effet du hasard car Barre avait parfaitement suivi les questions industrielles liées aux Communautés. Il servit parfaitement l’Europe et la France dans sa manière de gérer la crise avec les Britanniques (il fallait en bloquer l’adhésion) et de limiter la domination du dollar, dans sa façon de représenter le général de Gaulle. Il fut véritablement le précurseur d’une monnaie unique (à l’époque l’Écu), initiant la création d’un espace économique sans frontières.

L’académicien insiste sur la capacité de Raymond Barre à dépasser la seule vision des intérêts français à court terme en faveur d’une vision plus largement européenne. Son discours lors de sa remise d’épée d’académicien ne laisse aucun doute sur la profondeur de sa foi en l’Europe et ses décisions et initiatives montrent à quel point il se sentit toujours très impliqué.

3 - Le Premier Ministre

Le 25 août 1976, Raymond Barre devient Premier Ministre après la démission de Jacques Chirac. Et de 1976 à 1981, il va assurer pleinement ces fonctions de Premier Ministre avec pour objectif la réforme patiente des structures de l’économie française : la stabilité des changes, l’équilibre du commerce extérieur, la réduction du déficit commercial, la renonciation au vieux remède de la dévaluation, l’équilibre budgétaire, la libéralisation des prix et... la suppression de quelques avantages indus. Et l’on peut dire que la période Barre fut pour les Français certes une période de relative austérité, mais surtout celle de la réduction des inégalités dans notre pays, avec de nouvelles mesures pour la formation et l’emploi.

Ces objectifs seront en partie atteints : en 1979 l’industrie française, par exemple voit sa production augmenter de 6 %, les emplois continuent à se développer, mais les deux chocs pétroliers amoindriront évidemment les progressions. Les années 80 paraîtront plus difficiles à ceux qui avaient connu Les Trente Glorieuses.

On ne sait sans doute pas suffisamment combien Raymond Barre fut mêlé de près à l’action extérieure de la France, aux sommets du G7, puis aux questions du nucléaire, aux grands entretiens entre chefs d’État (sans se limiter aux aspects économiques), aux plans soviétiques, aux échanges Est-Ouest, et aux conflits naissants au Moyen-Orient comme en Europe centrale.

G.H. Soutou développe également les liens De Gaulle-Barre et Giscard-Barre, rappellant aussi le fameux débat télévisé face à Mitterrand (en 1977), sa candidature à l’élection présidentielle, son rôle de maire de Lyon jusqu’en 2001...

Raymond Barre, « L’homme qui inspirait confiance », accomplit donc une œuvre considérable. Il avait perçu que le monde allait évoluer de manière inéluctable et brutale vers une économie libérale et de marché, pressentant les crises et le fait que l’Europe serait alors la meilleure manière de les affronter. Pour lui, il n’y avait pour la France "d’autre politique que d’être une nation solide" et de continuer à participer "à la construction pas à pas d’une Union européenne puissante".

Et jusqu’au bout, même devant la maladie, on put reconnaître la cohérence profonde de sa personnalité équilibrant l’homme privé, l’universitaire et l’homme public.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Halleyjc 1348 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines