Magazine Cinéma

Entre ses mains (2005)

Par Eric Culnaert

Entre ses mains sur la-fin-du-film.comEt à la fin il meurt

Le belge mais néanmoins comique Benoît Poolvoerde est apparemment réchappé de “C’est arrivé près de chez vous”; quant à l’adorable Isabelle Carré, à qui l’on donnerait le bon dieu sans confession, elle incarne à nouveau une femme adultère (Claire). Sauf qu’ici, bien que tout autant fragile, elle délivre de ses souffrances le vétérinaire schizophrène (Laurent) qui l’a faite tourner un peu en bourrique.

Entre Laurent et Claire, les sentiments jouent aux montagnes russes, tant et si bien que le mari trompé (Jonathan Zaccaï) découvre le pot aux roses. Pendant un repas de famille qui plus est, imaginez l’ambiance. Il pique sa crise, et menace de divorcer. Les médias, de leur côté attachés à relater le parcours sanglant du tueur en série, annonce que les autorités ont finalement relâché, faute de preuve, un suspect. Claire soupçonne toujours son amant, du fait de son tempérament étrange et de ses absences.

Puis les choses semblent revenir à la normale : Claire à nouveau fidèle, Laurent ne donne plus de nouvelles. Je vous épargne les tergiversations amoureuses (non pas qu’elles soient rébarbatives, mais à force, vous connaissez bien le sujet, non ?) et j’en arrive à l’épilogue. Lorsqu’elle découvre dans l’appartement de celle-ci son amie Valérie (Valérie Donzelli) morte assassinée, Claire n’a plus aucun doute : c’est bien Laurent le tueur des boîtes de nuit. Alors, elle le rejoint dans sa tanière, et le seul épisode véritablement charnel entre eux deux sera celui de la délivrance. A l’aide d’un scalpel, Claire soulagera la folie de Laurent (un trauma par rapport à sa mère, sûrement).

Amis lecteurs inquiets, ne dressez pas de parallèle entre cette fin-de-film et le silence de quelques semaines qui a régné sur ce blog, non, non, non, tout ne va pas si mal dans la vraie vie. Même que de temps en temps, on refait un petit tour sur Allociné, car il se pourrait, malgré quelques mésaventures malheureuses voire franchement nulles, que l’on reprenne nos quartiers dans les salles obscures.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Eric Culnaert 106 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines