Magazine Culture

The Ruby Suns - Sea Lion (2008) & Fight Softly (2010)

Publié le 04 mai 2010 par Oreilles
The Ruby Suns - Sea Lion (2008) & Fight Softly (2010)
Les Ruby Suns, pour beaucoup c'est un disque un peu hype sorti en 2005, avec une pochette enfantine gorgée de sucre. Lecteurs des Inrocks et autres canards musicaux à la pointe découvraient cette pop venue de loin, très loin. Auckland, Nouvelle Zélande pour être exact. Venu de Los Angeles, le californien Ryan Mc Phun est ce que l’on peut appeler un back-packer. Jamais en place, sans cesse en quête de dépaysement, il a construit non sans l’aide de quelques amis un joli petit début de discographie voyageuse. Ce que l’on sait moins, c’est que trois ans avant le coup de projecteur, en 2005, les Ruby Suns fraîchement formés livraient un album éponyme exemplaire. De la sunshine pop en veux-tu en-voilà, complètement touchée par la grâce Wilsonienne ("Criterion", quel morceau !). Les huit kiwis d’alors y enchaînaient sans vergogne mélodies en extase, harmonies vocales lumineuses et instrumentations vintage avec une production minimale, comme l’ont fait ensuite (ou même pendant) les Apples In Stereo.
The Ruby Suns - Sea Lion (2008) & Fight Softly (2010)Trois ans plus tard, Ryan Mc Phun modifie quelque peu son line-up, encore une fois au gré de ses voyages et rencontres, et livre l’opus destiné à exposer le groupe au plus grand nombre. Au programme un album presque world tant les influences jouent à saute-mouton entre les continents. Entre l’espagnisant "Oh mojave", le polynésien "Tane mahuta" ou l’africain "Ole Rinka", il y en a pour tous les goûts. L’album est très riche, très dense malgré la baisse d’effectif, et surtout il annonce déjà le travail à venir de Panda Bear. La majorité des titres sont en effet à moitié noyés sous des atours ouatés, sortes d’échos psychés qui font chanceler le corps et l’esprit. Sans véritable single, les Ruby Suns se sont effectivement ouvert des portes avec ce charmant disque patchwork, tout en commençant à s’éloigner de leurs débuts 60’s.
The Ruby Suns - Sea Lion (2008) & Fight Softly (2010)Enfin, cette année, les Ruby Suns sont de retour. Et pas de doute, une fois de plus, Merriweather Post Pavillion est passé par là. Dès "Sun lake rinsed" la voix de Ryan se fait plus perchée et lointaine, et les instrumentations électroniques et hachées. Seulement n’est pas Panda Bear qui veut. "Dusty fruit" est bien sympa, mais "Brother sport" marchait beaucoup mieux. Plusieurs autres titres dans le même genre sont carrément indigestes. Je pense à "Mingus and pike" ou "Cinco" qui pourtant placés en début de disque n’aguichent pas forcément. On y trouve beaucoup plus d’ambiance et de bruit que de musique au final. Alors sauvons ce qui doit être sauvé : "Cranberry" qui à 1’50" se transforme en intro de l’Ile de la Tentation mais qui procure une transe agréable. Mais aussi "Haunted house" qui ressemble comme deux gouttes d’eau au dernier Yeasayer, et enfin "How kids fail" dont les nappes synthétiques ont le mérite de s’emballer un peu plus que la moyenne.
En bref : 3 disques inégaux mais un auteur certainement pas en manque d’inspiration pour un groupe de sunshine pop de plus en plus drogué. On attend le prochain virage.
The Ruby Suns - Sea Lion (2008) & Fight Softly (2010)
Le Myspace
A lire aussi : Animal Collective - Merriweather Post Pavillion (2009)
Les albums en streaming de Sea Lion et Fight Softly
Les Ruby Suns avant ("Criterion"), dans un concert à emporter mythique, et après, avec "Cranberry" :


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Oreilles 3359 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines