Magazine Cinéma

The Imaginarium Of Doctor Parnassus

Par Munch
The Imaginarium Of Doctor Parnassus
Terry Gilliam est probablement le cinaste connu le plus malchanceux. Homme créatif, têtu et au tempérament colérique, Gilliam à plus d'une fois frôlé la catastrophe dans sa carrière. Habitué aux budgets modeste avec Jabberwocky, Time Bandits et surtout avec les Monthy Pythons, sa méga production Brazil failli ne jamais sortir sur les écrans tant la guerre qui éclata entre Gilliam et Sid Sheinberg, directeur de la Universal à l'époque, pris des proportions homériques. Sheinberg voulait un remontagegrand public du film alors que Gilliam défendait la créativité et la vision de son oeuvre au dépend d'un happy-ending inutile. Des problèmes d'un autre envergures prirent d'assault les plateaux de son film suivant The Adventures Of Baron Munchausen, production gigantesque qui finira par coûter le double du budget prévu à cause d'accumulations d'incompétences de l'équipe de production en plus des vols, pot-de-vin, et autres magouilles financières. Gilliam eu un moment de répit jusqu'à son adaptation de Don Quixote qui fut avortée suite à des glissements de terrainqui détruisirent le plateau de tournage et d'une crise cardiaque qui amena Jean Rochefort, acteur principal, à l'hôpital en début de production.The Brothers Grimm fut remonté pour plaire à un public jeune qui adore Matt Damon et Heath Ledger, ;es acteurs principaux. Gilliam perdi le contrôle du film et alla exorciser ces démons avec Tideland, film qui ne sortie jamais sur les écrans sauf dans les festivals. Avec The imaginarium Of Doctor Parnassus, Gilliam, refait Tideland en y incluant tout ses thèmes de prédilections et tout son savoir-faire imaginatif. Mais voilà que la star du film décède avant la fin du tournage.... Décidement Gilliam est tombé dedans étant petit.Ayant toujours démontré un incroyable imaginaire et un sens créatif et de l'image toujours au service de scénarios loufoques, et complètement disjonctés, son nouveau film est tout ce qui a de plus réussi. Gilliam est donc en forme comme jamais et ce malgré les embûches.The Imaginarium... ressemble à un croisement entre Tideland, The Fisher King et une peinture de Dali. Bien que Gilliam se soit toujours bien débrouillé avec des maquettes et des décors, il utilise ici des CGI et des écrans verts vriament convaincant et qui sied merveilleusement au monde crée par l'imaginaire du Docteur Parnassum et par le fait même crée par Gilliam.Gilliam laisse aller son imagination au maximum et son film est rempli d'idées géniales. Il est porté par des acteurs bien dirigé et y personiffiant des êtres étranges àla limite de l afolie ou du génie, cette ligne mince, caractéristique du personnage Gilliam-esque et thème de prédilection de son cinéma.
Au final, le film n'est ni le meilleur, ni le pire de la filmographie de Terry Gilliam, il est encore mieux que ça, il est la continuation d'une oeuvre qui s'échellone depuis plus de 40 ans et qui n'a jamais cessé de nous émerveiller.
PS pour ce qui est du remplacement de Heath Ledger par Depp, Law et Farrel qui y joue des variations différentes des facettes du personnages incarné par Ledger, dison que l'effet est réussi. Réussi car il s'intègre bien à l'histoire. Par contre le seul bémol c'est qu'à chaque fois, le film porte un peu trop attention à lui-même et fait un peu décrocher le spectateur qui ne peut faire qu'autrement que d'y voir une "gimmick".

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Munch 197 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines