Magazine Entreprise

Les entreprises pharmaceutiques américaines investissent dans l'IE

Publié le 03 décembre 2007 par Usoutlook

Selon un article rédigé par Leonard Fuld (The Intelligence diairies1er novembre 2007) , l’investissement réel des entreprises pharmaceutiques dans l' intelligence économique date de moins d’un an. Cela ne veut pas dire que le concept est nouveau pour le monde pharmaceutique car il existe depuis au moins 20 ans. Mais beaucoup d’entreprises souffrent de l' "intelligence amnesia" : quand les entreprises mettent en place des programmes d'IE pour les abandonner un peu plus tard. Et si elles ne l'abandonnent pas, elles perdent leur capacité à estimer leur environnement concurrentiel.
Comme le souligne Leonard Fuld, les règles du jeu ont changé depuis une dizaine d'années pour l'industrie pharmaceutique : la transparence est désormais de rigueur. Le gouvernement américain a en effet obligé les entreprises a ouvrir leurs portes en délivrant qui était auparavant considéré comme de l'information interne. De même la manière de collecter l'information a changé tandis que les patients ont trouvé leur voix sur le net et influent désormais sur le développement de nouveaux produits. Ces derniers découvrent de nouveaux médicaments ou thérapies parfois même avant leurs médecins.Face aux difficultés rencontrées par beaucoup d'organisations à surveiller leur environnement, Leonard Fuld donne quelques conseils dont notamment :
  • commencer la recherche par la définition des concurrents potentiels. Il est nécessaire de tenir compte de la culture du pays auquel les produits sont destinés. (exemple : une société américaine avait négligé parmi ses concurrents sur le marché chinois l'importance des entreprises fournissant des produits à base d'herbe. Ces produits n'ont peut-être pas d'impact aux Etats-Unis mais sont reconnus dans la culture chinoise).
  • tester le bruit des blogs : ils semble que beaucoup de professionnels délaissent les blogs. Or ceux-ci permettent de voir comment l'entreprise peut se positionner par rapport à sa clientèle.
  • être à l'écoute de l'entreprise : les spécialistes de l'IE doivent être capables de capter les signaux internes à l'entreprise (exemple : faire remonter l'information des vendeurs)
  • sortir de son bureau : il est cité que les analystes européen de l'IE sont certes intelligents et capables de trouver l'information sur Google mais ils sont isolés. Ils restent trop souvent dans leur bureau au lieu de visiter les laboratoires, d'assister aux réunions de direction, de se rendre aux congrès et conférences du monde de l'industrie pharmaceutique... Ces événements offrent davantage d'opportunité que des heures passées sur le net.
A noter : à travers cet article, on se rend compte que les consultants américains n'hésitent pas à publier des articles-conseils sur un domaine de leur activité... Cela leur permet non seulement de montrer leur expertise du domaine mais aussi d'attirer l'attention de clients potentiels.

Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazines