Magazine Culture

Anthologie permanente : Marc Blanchet

Par Florence Trocmé

Miroirs du double

Grasse la peau enveloppe l’âme. Étouffe la voix.
Étend le souvenir comme ombre de trop au soir.
Hume le mort pour ne plus dire le recommencement.
Entend la fin – l’écœurement des nuits.
N’avale que pour soustraire, boire l’incendie.
N’obéit qu’au murmure des laves, à la glace des orgues.
Entend la fin répondre à l’étiolement des prières.
S’effondre en pénétrant l’inverse de toute mémoire.

•••

Irisé en sa mort : ce feu qu’elle déjoua. La chevelure
Noue les membres dispersés, risque l’étoile.
Perce la solitude du même geste dont on la crucifia.
Avale la langue d’aucune splendeur. Divise le nombre
Rétinien en images. Et comme balle fracasse le jeu.
Arraché au vrai, servant cette seule cause, le crâne
Dans l’opaque puise corps et ose en l’autre
Intimité nouvelle. D’une bouche ainsi sauve il fait
Sa loi, trace à même le sol l’engeance. L’ensemence de voyelles.
Une main arrondie par la voix est le cerveau second.
Main-balancier déchirant le temps à chaque mouvement.

Marc Blanchet, Les Naissances, Le Bois d’Orion, 2007, p. 81.
Ce livre a obtenu le prix Ivan Goll 2007.

Bio-bibliographie de Marc Blanchet

index de Poezibao
Revenir à la Une de Poezibao

Sur simple demande à f.trocme@poezibao.com, recevez chaque jour l'anthologie permanente dans votre boîte aux lettres électronique


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines