Magazine Cinéma

Robin des bois

Par Corentino

Rise, and rise again. Until lambs become lions

Affiche du film Robin des bois

Pique à ta tête

Rob’ est archer dans l’armée du Roi Arthur cœur de lion, il s’occupe de faire péter les portes des châteaux assiégés durant la sainte croisade. Avec son équipe, il est en première ligne et s’attelle à les faire sauter grâce à divers stratagèmes. Un jour, alors qu’il vient de sauver un camarade le matin même, il est pris à partie par le roi et se fait punir lui et sa brigade. Le lendemain, le roi meurt au combat et Robin alors qu’il s’était échappé se retrouve avec la dure mission de rapporter la couronne du roi à Londres et une épée à Nothingham.

Ainsi naquit la légende de Robin des bois, prince des voleurs.

Kevin Costner peut aller se rhabiller Russel Crow signe encore une fois une prestation sans faute. Dans la lignée du film épopée tel un Braveheart ou  Gladiator, Robin des Bois n’a pas à rougir. Le scénario est suffisamment bien adapté pour coller à l’histoire, tout en se réservant des adaptations pour créer un suspense et de l’inattendu. Les acteurs jouent suffisamment bien pour que les deux heures vingt de film passent comme une lettre à la poste. Même si on aimerait bien avoir un peu plus de scènes d’action, elles sont suffisamment efficaces pour subvenir à nos besoins morbides. Y a des nuques qui cassent sec et net, du sang qui pisse à torrent, bref c’est joyeux, festif et convivial comme un apéro Facebook. Le film est interdit au moins de 13 ans aux usa c’est dire si ça reste correct. Et en plus, il y a une histoire d’amour ridicule avec Mariane, un genre de féministe avant l’heure. Toujours la même histoire des hommes qui rentrent au village après la guerre et qui se rendent compte qu’ils n’étaient pas aussi indispensables qu’ils ne l’auraient cru. Desperate HouseWives n’a rien inventé rajouteraient certains.

Annoncé comme un film de l’été, Robin des Bois a fait l’ouverture du festival de canne. Le film en tout cas va être un joli succès commercial, car avec un budget total de 237 millions de dollars, le film affiche déjà dimanche soir une recette mondiale de 111 millions…

Click here to view the embedded video.

Ah bah oui avec 237 millions, y a intérêt à envoyé du bois… c’est pas de la petite comédie parisienne.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Corentino 95 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines