Magazine Cinéma

Film Socialisme - De Jean-Luc Godard

Par Kilucru
Film Socialisme - De Jean-Luc Godard
Film Socialisme
(France-Suisse, 2008)
Réalisation De
Jean-Luc Godard
Interprétation :
Catherine Tanvier, Christian Sinniger, Agatha Couture, Eye Haidara, Marie-Christine Bergier, Nadège Beausson-Diagne, Mathias Domahidy, Quentin Grosset, Olga Riazanova, Maurice Sarfati, Dominique Devals, Gulliver Hecq, Marine Battaggia, Elizabeth Vitali, Patti Smith, Lenny Kaye, Alain Badiou, Bernard Maris, Elias Sanbar, Robert Maloubier, Dominique
Sélection un Certain Regard Cannes 2010
L'histoire
Une symphonie en trois mouvements.
-Des choses comme ça : En Méditerranée, la croisière du paquebot. Multiples conversations, multiples langues entre des passagers presque tous en vacances...
- Notre Europe : Le temps d'une nuit, une grande soeur et son petit frère ont convoqué leurs parents devant le tribunal de leur enfance. Ils demandent des explications sérieuses sur les thèmes de liberté, égalité, fraternité.
- Nos humanités : Visite de six lieux de vraies/fausses légendes, Egypte, Palestine, Odessa, Hellas, Naples et Barcelone.°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Film Socialisme
Comme ce générique qui s’affiche à vitesse grand V, les premières images les eaux sombres de l’océan puis ce paquebot, monstre d’acier, poli et coloré. Les vues se succèdent, se suivent mais ne se ressemblent pas, plans multiples sur les différents ponts, photos léchées et soignées, qualité haute définition oblige. L’acier offre une ligne fuyant vers l’horizon et son ciel bleu azur et un soleil doré. Autres plans, autres vues, plongée en apnée dans les entrailles du navire, salles de restau où s’affaire un personnel nombreux face à des clients silencieux trop occupés à manger, l’image se fait soudain plus flou, se teinte de couleurs chamarrées volontairement floutées, les salles se succèdent, de sport, de jeu, piscine de plein air, une ville dans la ville flottante. Sur cette cité aquatique suivant Godard on négocie d’anciennes dettes, l’histoire remonte…et le spectateur que je suis d’attraper au vol les images, souvent fort belles, comme des papillons échappant à ma compréhension. Subsiste juste une énorme impression, celle d’un monde vieillissant à l’image de ces hordes déversées lors des haltes, des touristes grisonnants, chère vieille Europe ! Voilà pour Des choses comme ça
Film Socialisme - De Jean-Luc GodardNotre Europe voit un couple se préparer à jouer un rôle actif dans la vie politique locale et à ce titre être soumis au feu croisé des médias locaux, à savoir deux envoyés spéciaux d’FR3, avant d’affronter les journalistes ils doivent se dévoiler devant leur propre enfants, progéniture sans pitié, experte dans l’art d’appuyer là où cela fait mal, on retrouve de nombreux plans fixes, parents et enfants s’observant alors qu’une réponse tarde à se formuler et qu’à l’écran s’affiche dogme sur pensée par exemple « quand la loi n’est pas juste, la justice passe avant la loi. » aussi percutant que la présence d’un lama dans une station service…serions nous chez David Lynch ?
Oui il faut se laisser porter même si cette partie est plus difficile, moins trépidante que le paquebot et son flot incessant d’images et de sons.
Nos humanités achèvent ce voyage, parcours des capitale européennes, des lieux déjà visités, images du passé mêlées au présent, collage radical et qui me laisse un gros point d’interrogation aux creux de mes mirettes
Voilou, ce samedi matin nous n’étions que trois dans la salle du Majestic (le ciné de Lille et non le palace de Cannes hélas !), j’ai adoré le premier vole, le coté par trop statique du second m’a un peu engourdi, une furieuse envie de me dégourdir les jambes ( que j’ai très longues) quand au dernier opus, j’ai avalé les images sans peine à défait d’en saisir toute la portée…Voilou..Maintenant à vous de Voir !
Excessif.Com "...Cependant, Godard restant Godard, l’avenir reste incertain et Film Socialisme répond à ce qu’il souhaitait : il propose, il questionne, il envisage et par d’autres moments, embarrasse. Il fait front avec la question palestinienne, parle des espoirs d’une jeunesse qui devra pour assumer les retraites de ses parents, débloquer autant d’argent que ce que les compagnies d’assurance gagneront. Il s’amuse aussi à tromper, à perdre son spectateur et à l’égarer pour mieux le surprendre autrement. Dans le fond et dans la forme. Ainsi, peut-on s’émerveiller de plans en HD dont la beauté plastique est à tomber, noyés qu’ils sont de lumière et de vie, pour ensuite être contraints d’endurer la pixellisation d’une image faiblement éclairée..."
CritiKat.Com "...Il y a deux manières de regarder un Godard. Se laisser aller à le faire venir à nous, ou bien vouloir tout retenir ; dans ce cas il faut se munir d’un crayon et papier, comme si l’on retranscrivait en direct les notes de musique en assistant à un concert..."
Le Monde.Fr- "Film Socialisme" : Jean-Luc Godard, déçu d'une Europe qu'il voudrait revoir heureuse
"..Le thème central de Film Socialisme est l'Europe, ce continent dont il dit qu'il ne veut pas mourir sans l'avoir revu heureux, comme il prie de voir à nouveau associés "Russie" et "bonheur"..."
Site Officiel
-

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Kilucru 154 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines