Magazine Culture

Un leger passage a vide

Par Lorraine De Chezlo
UN LEGER PASSAGE A VIDEde Nicolas Rey
Roman - 180 pages
Editions Au Diable Vauvert - janvier 2010
Nicolas Rey a été très mal et il raconte le moment où, au fond du trou, il n'a plus d'autre issue que de suivre une cure de désintoxication et un séjour en hôpital psychiatrique, laissant seuls sa femme Marion qui se remet d'un cancer, et leur jeune fils. Alors il y a la solitude, la honte, le manque, les pensées qui dérivent, les rapports avec le corps médical, les patients et les rares contacts qu'il garde de sa vie passée comme son producteur Yves Kléber.
Difficile de ne pas penser à Frédéric Beigbeder, avec leur jeunesse commune, leur médiatisation, leur dépendance à certains stupéfiants, leur écriture moderne, autobiographique ou presque, leur irrévérence. Dans cette comparaison, le style de Nicolas Rey m'a paru un peu fade, mais davantage poétique (bien que gratuitement trash à certains moments). Est-ce que tout est vrai ? Forcément, on se pose cette question, surtout quand les noms de personnes connues sont citées ouvertement, à commencer par le sien.

Extrait :
"Pardon Cécile, tu peux refaire le geste condescendant que tu viens de faire au vendeur de roses pakistanais ? Comment ça, on peut dîner tranquillement ? Et lui, tu crois qu'il passe une soirée tranquille à se geler en faisant toutes les rues du quartier ? Tu crois que ça l'amuse de proposer des fleurs à des comédiennes ratées dans ton genre, tu crois qu'il prend un plaisir monstrueux, la nuit, à tenter de trouver le sommeil dans son duvet avec dix de ses potes juste à ses côtés ?"

Je me souviens un jour avoir été choquée voyant le visage bouffi, hagard, de Nicolas Rey lors d'une de ses chroniques télévisées. Je me disais que cet homme-là avait dû sombrer dans quelquechose de ravageur dont il devait être en train d'essayer de se sortir. Quand je lisais ce livre, je revoyais sa tête de ce jour-là. Par contre, il ne m'a pas permis de connaître les causes de son profond mal-être : le récit parle de son quotidien juste avant, pendant et juste après sa période de desintoxication. Des moments pris çà-et-là au cours de ce grand passage à vide, des moments troublants, joyeux, des pensées d'espoir ou de souffrance particulière. Des moments d'une vie faite de hauts et de bas, et même pendant les passages "bas" des rayons de soleil parviennent à percer...
L'avis de Lily - So many books, so little time
L'avis de Virginie - Les lectures de Virginie

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Un léger passage à vide (Nicolas Rey)

    léger passage vide (Nicolas Rey)

    Cher Nicolas R., Cher Nicolas R., t’es con. tu m’as fait pleurer un samedi matin à 9h. Faut le faire, parce que le samedi matin à 9H, c’est pas une heure pour... Lire la suite

    Par  Patrice Roulive
    CULTURE, LIVRES
  • Un léger passage à vide de Nicolas Rey

    Titre : Un léger passage à vide Auteur : Nicolas Rey Editeur : Au Diable Vauvert Résumé; Confession d’un enfant du siècle, c’est le plus personnel, le plus... Lire la suite

    Par  Jostein
    CULTURE, LIVRES
  • Vide intergalactique

    Amis blogolecteurs bonjour...Pas d'article depuis septembre 2009. Il est mort ? Il ne lit plus ? Il ne nous aime plus.Non, tout simplement pas envie, plus... Lire la suite

    Par  Gilles
    CULTURE, LIVRES
  • "Un léger passage à vide" de Nicolas Rey

    léger passage vide" Nicolas

    "Un léger passage ŕ vide" de Nicolas Rey Photo Jean-Philippe Baltel     Je ne m'attendais pas à ça, à vrai dire. Il m'a surpris, Nicolas Rey.  J'achète ce... Lire la suite

    Par  Manus
    CULTURE, LIVRES
  • Passage en revue

    Passage revue

    Il y a des journées qui vont bien sans aucune intervention de notre part. Ainsi, hier, je me suis procuré le récent numéro (avril) du Magazine Littéraire... Lire la suite

    Par  Placebo
    CULTURE, LIVRES
  • Juste de passage

    Juste passage

    Je sais que tu es juste de passage. Mais tu éveilles mon appétit pour l'addiction.Et ça me gêne.Les arbres de l'avidité et les épis de la fébrilité commencent... Lire la suite

    Par  Mayday
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • The Passage - Degenerates (1982)

    Passage Degenerates (1982)

    Il va encore falloir que je me répète et qu'à nouveau j'ulule sur les lèvres d’un désert qui ne cesse de croître, mais The Passage, ce petit groupe mancunien... Lire la suite

    Par  Novland
    CULTURE, MUSIQUE

A propos de l’auteur


Lorraine De Chezlo 64 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines