Magazine Culture

Les éveilleurs

Par Liliba

Pauline ALPHEN

coeur

51FIgNX8_FL__SL500_AA300_

Une des choses que j'aime beaucoup depuis que j'ai mon blog, c'est que, grâce aux propositions de certains éditeurs ou auteurs, ou grâce aux livres voyageurs ou à vos billets dont je me régale, je me suis ouverte à la lecture, c'est-à-dire que je lis désormais des styles de livres beaucoup plus diversifiés qu'auparavant. Je peux ainsi passer du style très littéraire d'Alice Ferney, à un polar haletant dont la qualité tient plus dans l'intrigue que dans le texte, pour ensuite me jeter sur un livre jeunesse, un chick litt, un San Antonio ou  le dernier Concourt... Et c'est cela qui est intéressant selon moi, s'ouvrir l'esprit, découvrir de nouveaux univers, de nouvelles écritures.

Cependant, lorsque que j'ai été contactée par Cécile, des éditions Hachette-Jeunesse, je n'étais que moyennement emballée par les livres que j'avais vus sur le site, ayant un peu peur de me retrouver avec un Twilight ou Nightworld bis, livres certes détendants, mais souvent plutôt médiocres quant au style et légers quant à la psychologie des personnages, ce dont je n'avais absolument pas envie. Mais elle a su se montrer convaincante et j'ai finalement accepté de lire Les Eveilleurs.

Bien m'en a pris car j'ai dévoré ce livre en deux jours, avec un immense plaisir !

Une première double page récapitulant les personnages du roman a tout d'abord commencé à m'énerver : je déteste ces livres compliqués pour lesquels il faut parfois jusqu'au beau milieu de l'ouvrage revenir à ce récapitulatif, sous peine de ne jamais comprendre qui est qui ! Ce qui m'a fait ensuite dépasser mes a-prioris ? L'introduction de la première partie, tout d'abord : on y parle du lecteur et ces quelques mots me sont allés droit au coeur :

« Le Vrai Lecteur écrit le livre en le lisant. »

« Le Vrai Lecteur est à la fois l’auteur, les personnages et l’histoire.

Le Vrai Lecteur est le livre.

La Guilde se trompe.

Le Vrai Lecteur n’est pas celui qui comprend ce que l’auteur a voulu dire.

Le Vrai Lecteur est celui qui, en lisant, réinvente le livre.

Et s’il lit autre chose que ce qu’a écrit l’auteur, alors celui-ci a gagné son pari, il a fait son travail.

Le Vrai Lecteur court tous les risques.

Celui de savoir ce que les personnages ne savent pas.

Celui de ne pas savoir ce que savent les personnages.

Celui de comprendre autre chose que ce que voulait l’auteur.

Le Vrai Lecteur s’en fiche, il voyage…

Carnets de Sierra, extraits, in Archives apocryphes de la Guilde des Nomades de l’Écriture

L'histoire et ses personnages ensuite (que l'on situe très bien sans avoir besoin une seule fois de retourner à la liste du début) : on y plonge d'emblée, et de suite on s'attache à Jad et Claris, les héros principaux du roman. Ils ont douze ans, sont jumeaux, mais très différents. Claris est vive, sans cesse dans le mouvement, très expansive, très enjouée quand son frère, qui a un souffle au coeur et donc une santé chancelante, est pondéré, réfléchi et souvent si sérieux. Mais les enfants s'aiment tendrement et s'entendent à merveille. Ils communiquent même souvent par télépathie, ou par cette connexion gémellaire si étrange que nombre de jumeaux de tous temps ont eux-mêmes vécue. Les enfants grandissent dans le château de leur père, Eben, dit Le Duc, un ancien phare autour duquel on a construit une maison de maître un peu tarabiscotée, entourés par l'amour de leur nourrice, la douce Chandra, cuisinière de la maisonnée et par la sagesse de Blaise, leur précepteur. Mais un poids lourd pèse sur leur coeur. Leur père est enfermé depuis bientôt dix ans dans une tristesse infinie et n'a que peu de contacts avec eux, depuis que leur mère, la belle Sierra, a disparu un soir d'orage et de fête au château, après être partie avec son attirail de marche au milieu de la nuit... Le Duc ne peut se résoudre à l'absence de sa femme, dont on ne sait si elle est morte ou partie volontairement et, si Jad rêve très souvent de sa mère, en proie à d'abominables migraines qui le laissent épuisé au petit matin, Claris a elle décidé de ne plus y penser, de faire barrage dans son esprit et son coeur aux souvenirs et à la douleur.

Le Château se situe dans la vallée de Salicande, un endroit reculé du monde et les habitants des environs vivent tranquillement de la pèche, la chasse et de l'agriculture, en communion avec la nature et leur environnement. Aux champs la plupart du temps, ils n'ont que peu de loisirs et de toute façon, rien n'existe pour les distraire, si ce n'est des livres rangés dans le phare. On imagine une vie agraire d'il y a deux siècles, sauf qu'on comprend au bout de quelques chapitres que l'histoire se passe au XXIIIème siècle. Mais que s'est-il donc passé pour un retour aux sources aussi magistral, total ?

Certains évènements surviennent qui inquiètent Blaise, le précepteur qui décide de dévoiler peu à peu aux jumeaux quelques pans de leur passé et de l'histoire de leur pays. Il y a bien longtemps, un temps dont il est interdit de parler et que seuls les plus âgés ont gardé en mémoire, le "Temps d'Avant", il y avait des machines, des robots, toutes sortes d'instruments créés par l'homme et dont il se servait pour faciliter son travail. Il y a bien longtemps, au XXIième siècle, le monde était séparé en deux, entre les "Nantis", ceux qui avaient le pouvoir, un tout petit pourcentage de la population mondiale et ne représentant que quelques pays, et les "Non-Nantis", les autres, la masse immense des pauvres, des travailleurs, de ceux qui ne se levaient le matin que pour tenter de subsister ou de travailler. Il y a bien longtemps, l'homme puisait ses ressources de la planète, charbon, pétrole, bois, sans se soucier de leur niveau ni de l'impact que les industries galopantes, la chimie, la pollution pouvaient avoir sur la nature. Il y a bien longtemps, les gens communiquaient d'un bout à l'autre du monde grâce à des objets électroniques...

La science et la médecine continuant à faire des progrès considérables, les gens du temps d'avant purent ensuite voyager vers d'autres planètes inexplorées, ils purent également se parler par une sorte de télépathie, et du fait, se firent manipuler. Ceux qui devaient travailler ne faisaient que cela, et dormir ensuite pour reprendre quelques forces, mais les autres, les "Nantis", se jetèrent corps et âme dans des jeux virtuels, des combats étranges, et le "jeu des Mille Chemins" devint la principale activité. Pour y jouer, les gens du Temps d'Avant s'adonnaient aux drogues qui les aidaient à mieux percevoir le jeu, à être plus inventifs, plus combatifs, mais qui les rendait également totalement dépendants...

Voilà bien ce qui je crois est un aspect vraiment passionnant dans ce livre, dont je ne vais pas vous raconter plus, pour ne pas vous priver de la joie de découvrir au fil de la lecture les multiples rebondissements. Ce roman est un roman d'aventure, mais c'est surtout un voyage à travers le temps, dans un futur imaginaire, mais pas si improbable que cela. A la lecture des détails distillés au fil du texte sur les "Temps d'avant", on ne peut que penser à notre société actuelle, consumériste, matérialiste, mercantile. Les temps d'avant se sont achevés par "La grande Catastrophe", dont on ne sait pas grand chose si ce n'est qu'elle a entraîné des morts par millions, des épidémies, des pandémies, des guerres et un exode général de la population, les Nantis emportant avec eux la technologie vers d'autres planètes ou d'autres mondes, et les pauvres ayant survécu tentant de découvrir sur la terre des espaces vierges sur lesquels fonder de nouvelles communautés.

Ces nouvelles communautés se sont basées sur le respect de la nature pour établir leur mode de vie et il n'est, dans le temps présent où se passe l'histoire, pas rare que certains individus puissent parler aux animaux ou se comprendre par une sorte de connexion d'esprit. Les pierres et les arbres eux-mêmes sont vivants, les chevaux nyctalopes (non, ça n'est pas une insulte de banlieu !), les chats parlent aux chouettes, les elfes dansent autour de Claris, qu'elle balaye d'une main en pestant car les prenant pour des mouches, les salamandres ont des têtes de bébé, la forêt abrite des peuplades mythiques étranges, pas vraiment humaines, les épées chantent, les pièces des jeux se déplacent toutes seules, la magie est partout mais on ne sait pas très bien si c'est la nature qui dirige la danse, ou bien certains hommes, ou d'autres créatures...

Je me suis totalement laissée imprégner de ce monde imaginaire et de ses habitants, tous ayant une âme, une vraie personnalité, un charisme indéniable. J'ai adoré découvrir ce monde étrange, et plus encore entendre parler du monde d'avant, en réprimant un frisson. J'ai tourné les pages avec avidité pour découvrir les aventures qui attendent Claris et Jad et tous ceux qui gravitent autour d'eux, j'ai pleuré avec eux la nuit pour retrouver leur mère, j'ai sursauté dans la forêt, j'ai ri, j'ai été émue... Bref, le voyage a été magnifique et je dois maintenant patienter pour lire le tome 2, ça me fait vraiment enrager !

Je propose ce livre en livre voyageur, pour ceux ou celles qui veulent se lancer dans cette aventure !

livre_voyageur_logo

Le blog de l'auteur.

Je remercie de tout coeur les Editions 

Hachette_jeunesse
pour l'envoi de ce livre, que j'ai vraiment beaucoup aimé ! Je serai ravie de pouvoir livre également le tome 2 à sa parution !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Liliba 2705 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines