Magazine Culture

Sommes-nous seuls dans l'Univers ?

Publié le 25 mai 2010 par Hongkongfoufou

Par Hong Kong Fou-Fou

sommes-nous-seuls.jpg

Sommes-nous seuls dans l’Univers ? Vaste débat… Moi, quand je pense au nombre de gens qui idolâtrent Jack Kirby ou Ray Harryhausen, qui collectionnent les 45t de northern soul et qui portent des Levi's avec un "E" sur le tag, j’ai envie de répondre "Oui". Ensuite, si je réfléchis un peu, la réponse évidente est "Non". Soyons sérieux : il y a 1011 étoiles dans notre galaxie. A la louche, hein, on ne va pas chipoter pour quelques millions d'étoiles. 1011, c’est 100 000 000 000, cent milliards, quoi. Et 1011 galaxies dans l’univers. Faites le compte, ça fait un total de 1022 étoiles. Dix mille milliards de milliards. Oui, je sais, moi non plus ça ne me parle pas, j’ai l’impression d’être un joueur du Real Madrid qui lit son bulletin de paye. Au temps de la peseta, peut-être, mais quand même. Allez, une petite image pour essayer de se représenter ce nombre incommensurable d'étoiles. Imaginons que chacune soit un grain de sable vaguement cubique de 1  mm de côté (oui, je sais, ça fait de gros grains, et ils sont rarement cubiques. C'est pour faciliter le calcul, j'ai déjà été à la plage, merci). Dans un mètre cube, on pourrait ranger 1000 X 1000 X 1000 étoiles, soit un milliard. C'est beaucoup ? Ben pas tant que ça. Dans les vastes locaux de Fury Magazine (10 m X 10 m X 3 m, décorés avec goût), on pourrait mettre 300 milliards de grains de sable-étoiles. C'est la femme de ménage qui serait contente. En fait, pour ranger toutes les étoiles de l'Univers, il faudrait remplir un parallélépipède de 1000 km sur 1000 km sur 10 m de haut.  Grosso modo, toute la surface de la France couverte de sable sur 10 m de hauteur... Chaque grain, une étoile.

La plupart de ces étoiles sont entourées d'un certain nombre de planètes. Pour ceux qui ne regardaient pas Temps X dans les années 80, je rappelle que notre Soleil à nous est entouré de 8 planètes. Et il en manque peut-être, la notion de planète est vague. Il y a quelques années, Hubble a découvert Quaoar, une gigantesque boule de glace (je n'imagine même pas le cornet !) qui gravite à 6 milliards de km de nous. Même en étant pessimiste et en comptant une seule planète par étoile (c'est la crise, après tout), cela fait 1022 planètes. Comment imaginer que dans cette multitude, il n'y en ait pas quelques unes qui offrent des conditions propices au développement de la vie ?

Seuls les descendants des esprits éclairés qui voulaient carboniser Copernic au XVIème siècle peuvent croire que l’Homme est seul dans l’Univers, et que tout ce qu’il y a autour de la Terre, c’est juste un joli décor, dénué de la moindre forme de vie.

Il y a une équation amusante, l'équation de Drake, qui permet de calculer le nombre de civilisations extraterrestres avec lesquelles nous pourrions un jour interragir (oui mon Colonel, rassurez-vous, leur envoyer plein de missiles dans leurs sales gueules d'aliens est aussi une interaction). Elle fait intervenir tout un tas de paramètres, je ne les liste pas tous pour ne pas décourager les quelques lecteurs qui n'ont pas encore cliqué sur "Reculer d'une page" en soupirant. Il y en a sept, parmi lesquels on trouve la durée moyenne de vie d'une civilisation, son intelligence et son désir de communiquer, le nombre d'étoiles qui se forment par an dans notre galaxie, etc. Ces paramètres sont très subjectifs, à chacun de leur attribuer une valeur en fonction de ses convictions. Je ne pense pas que Raël et le Pape trouveraient le même résultat, par exemple.

Mais une chose est certaine, c'est que la probabilité que quelque part dans l'Univers une forme de vie existe est largement supérieure à la probabilité que je gagne au loto, ou que je sorte un jour avec Naomi Campbell (mais je vais apprendre à parler italien, ce qui devrait doubler mes chances - avec Naomi, hein, pour le loto, rien à faire).

Attention, ça ne signifie pas qu'il faut vous préparer à voir un matin débarquer dans votre jardin d'hideuses petites bestioles munies de multiples tentacules, chacune tenant un désintégrateur à triple impulsion ionisée. Non, il n'y a que dans le cinéma US des années 50 qu'une famille habitant un paisible pavillon de banlieue ne pouvait prendre son petit-déj' sans se faire attaquer par : a) de féroces envahisseurs martiens (Mars, la planète rouge, vous comprenez le message ?), b) des créatures ordinaires - araignées, pieuvres, taupes - ayant atteint des dimensions extraordinaires suite à des mutations engendrées par des savants ayant trop joué avec des atomes. Non, rien ne dit que ces formes de vie souhaitent, ou puissent, entrer un jour en contact avec nous. Allez donc construire un vaisseau spatial lorsque vous êtes une amibe, pour voir. Peut-être que nous ne les rencontrerons jamais, que nous n'aurons jamais la moindre preuve de leur existence. Mais une chose me paraît certaine, c'est qu'elles doivent être là, quelque part.

N'allez pas croire pour autant que je vous encourage  à rejoindre ces illuminés qui se réunissent au sommet d'une colline et qui guettent les soucoupes volantes en écoutant de la musique new age. Non, vous feriez mieux d’aller vous acheter des Levi's Big E, et de chercher sur ebay des 45t Tamla Motown. Je me sentirais moins seul. Merci.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hongkongfoufou 2062 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine