Magazine Culture

Spin

Par A_girl_from_earth

spin - wilson

SPIN

Voici une lecture dont le souvenir n'est plus aussi frais que je l'aurais souhaité et sur laquelle j'ai passé beaucoup plus de jours que prévu, faute de temps (et de concentration surtout car j'ai dévoré ce livre jusqu'à au moins sa moitié, puis relâchement fatal qui a fait que je n'ai pu me replonger dedans que quasi un mois après...)

J'en retiendrai quelques grandes lignes:

- un frisson bien ressenti à l'idée que les étoiles puissent disparaître de notre champ de vision un jour (c'est un de mes petits cauchemars, car les étoiles me font vraiment triper - une nuit sans étoiles - bouuh!!)

- un plaisir de lecture lié à l'imagination de l'auteur quant à ce phénomène du Spin. J'hésite à en dire plus mais j'ai adoré l'idée que, dans le contexte imaginé par l'auteur, on puisse réussir à terraformer la planète Mars (pas d'inquiétude, faux spoiler) - ça paraissait vraiment d'une logique implacable, limite si ça donne pas envie que le Spin arrive pour de bon....

- une petite déception par contre à la révélation de ce qu'étaient les "Hypothétiques" (si c'est bien la traduction de "Hypotheticals") - il faut dire que c'est ce qui m'a fait aller au bout de ce roman - l'idée est brillamment développée et exploitée, tout se tient, mais j'attendais autre chose... quelque chose de moins tiré par les cheveux sur la fin aussi peut-être (vraiment dur de parler de ce livre sans en révéler de trop...).

Les petites lignes qui m'ont amusée:

- les clins d'oeil de l'auteur à En terre étrangère de Heinlein que j'ai lu il y a peu (je me suis sentie récompensée de l'avoir lu pour le coup

SPIN
)

- cette phrase de Wun avec laquelle je suis plutôt d'accord: "An honest book is almost as good as a friend."

J'ai été moyen séduite par contre par le style de l'auteur qui m'a semblé un peu froid, ou trop sérieux peut-être, le ton grave (bon, bien sûr, l'heure est grave dans cette histoire 

SPIN
), ne laissant pas vraiment la possibilité au lecteur de s'attacher aux personnages ou de palpiter à la lecture des événements.

L'intrigue est admirablement bien développée et consistante, réaliste, on est dedans, mais il m'a manqué ce petit plus entraînant de bout en bout. Cela m'a fait penser un peu à Chroniques des jours à venir de Ronald Wright à ce niveau.

L'histoire entre Diane et Jason m'a barbée quelque peu mais ce qui fait la force de ce récit, c'est qu'il ne s'agit justement pas simplement d'une intrigue science-fictive pure et dure, il y a une dimension humaniste très distincte qui ressort des différentes intrigues développées par l'auteur à travers ce roman, dans les rapports humains, dans les questions que l'humanité se pose et ses réactions très variées face à cette vraisemblable fin du monde imminente, qui renforce d'ailleurs cet aspect réaliste de l'histoire.

Plusieurs thèmes sont abordés, amour filial, fraternel, amours/amitiés, enjeux politiques, mouvements religieux, etc... comme si la toile de fond science-fictive n'était qu'un prétexte à la mise en scène de tous ces éléments - j'avoue que pour ma part, j'ai préféré la toile de fond au reste qui m'a paru juste trop - trop de sujets explorés dans le détail, non pas qu'on s'y perd, c'est même très bien traité et les intrigues se fondent les unes dans les autres, certaines sont même touchantes, mais ce n'était pas ce qui m'intéressait  dans cette histoire.

La toile de fond était heureusement formidablement bien exploitée sous toutes ses coutures, pour ça, on n'est pas vraiment en reste, même si j'attendais autre chose sur le développement.

Très bon roman SF dans l'ensemble, un des meilleurs que j'ai lus ces dernières années par rapport aux idées explorées. Il n'y a quasiment rien à redire, simplement on adhère ou non. Il semblerait qu'il y ait une suite d'ailleurs mais ce tome me suffit à lui seul, pas dit que je me précipite donc.

Repéré il y a deux ans comme un coup de coeur SF potentiel chez Denis (PAL-1

SPIN
)

L'auteur

Né en 1953 en Californie mais vivant aujourd'hui â Toronto, Robert Charles Wilson s'est imposé comme l'une des têtes de file de la science-fiction canadienne avec des romans tels que Mysterium, BIOS, Darwinia, Les Chronolithes, Spin ou Axis qui lui ont valu de nombreux prix littéraires, dont le prestigieux prix Hugo.

Lu dans le cadre du défi

imaginaire.jpg
  

(DAL 3 - 6)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


A_girl_from_earth 191 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines