Magazine Cinéma

24 mesures

Par Ffred

Un film de Jalil Lespert avec Lubna Azabal, Benoit Magimel, Sami Bouajila, Bérangère Allaux, Marisa Berenson, Archie Shepp, Clotilde Hesme, Xavier Beauvois

Drame, France, 1h22

Sortie en salles le 5 décembre 2007

Ma note : *

Synopsis

Helly, Didier, Marie et Chris : quatre jeunes gens que tout apparemment sépare... leurs destins vont brutalement se croiser un 24 décembre, au cours d'une nuit blanche qui fera basculer leurs vies... Helly, jeune mère qui tente de récupérer la garde de son fils, croise par hasard la route de Didier, un chauffeur de taxi. Puis brutalement celle de Marie, une provinciale mal dans sa peau.
Elles s'embarquent dans une étrange virée nocturne qui les conduira sur la côte normande jusqu'à leur rencontre avec Chris, un batteur de jazz. Ils finiront la nuit ensemble dans un dernier mouvement de fête, de libération...

Critique

Encore un acteur qui passe derrière la caméra. Le fait n'est pas nouveau. Jalil Lespert, excellent acteur au demeurant, nous offre donc un premier film qui a bien du mal à s'imposer et être à la hauteur de certain de ses aînés (Guillaume Canet, Zabou, Bernard Campan...). En effet, cette histoire de plusieurs personnages qui vont se rencontrer ou juste se croiser un soir de Noël peine à convaincre.

Très vite les images en elles-mêmes saoulent au sens propre : caméra à l'épaule, gros plans sur les visages en permanence, souvent floues...et pas belles. Bon déjà ça aide pas. Puis le scénario ne va pas au bout des choses. La multiplication des personnages fait qu'il ne s'attache pas vraiment à aucun. Quand on commence à être pris par l'un d'eux, il meure ou on passe à autre chose. Le film est noir et même très noir. Peu d'espoir se dégage de tout ça. Une succession de scènes, finalement sans aucun rapport les unes avec les autres, sans émotion, sans souffle, quasiment sans plus de vie. Le seul motif de satisfaction reste l'interprétation. Lubna Azabal est très convaincante et c'est la seule qui donne un peu d'émotion à l'ensemble, elle est vraiment étonnante, une belle prestation. Petite mais intéressante participation de Clotilde Hesme, on aurait aimer la voir un peu plus. Benoît Magimel est très consistant, malheureusement dans un rôle un peu court aussi.

  

Un premier film au goût d'inachevé donc. Quelque chose de stylisé, de noir et de froid, où seuls les acteurs sauvent un peu l'ensemble de l'entreprise. Dommage il y avait pourtant matière à quelque chose d'un peu plus consistant. On attendra la deuxième mise en scène de l'acteur pour se faire une idée plus précise. En attendant on reste un peu sur notre faim.

 

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ffred 143 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines