Magazine

Le bassin d’emplois de Molsheim dans la tourmente: un an après, réduction d’effectif chez LOHR

Publié le 27 mai 2010 par Milakovic

Le bassin d’emplois de Molsheim dans la tourmente: un an après, réduction d’effectif chez LOHRNouvelle compression d’effectifs chez Lohr.

Pour tenir jusqu’en 2011, année où les produits de diversification et la reprise devraient enfin lui apporter un bol d’oxygène, le groupe Lohr a annoncé hier un nouveau plan de restructuration pouvant aller jusqu’à la suppression de 150 emplois.

//

L’importance du chiffre annoncé est évidemment un crève-coeur : Lohr Industrie envisage de supprimer 150 postes à Duppigheim, principalement des emplois indirects, liés à son activité de remorques porte-voitures, ce qui représente 15% des effectifs industriels du site. L’annonce en a été faite hier matin au cours d’un comité d’entreprise extraordinaire. Le chiffre évoqué, qui a également été communiqué aux cadres, n’est sans doute pas définitif. Sans vouloir le dire officiellement, le président du groupe Robert Lohr fera tout pour limiter la réduction à cent postes… « Chaque perte d’emploi est à ses yeux un échec ; et il n’aime pas l’échec », dit un proche.

Aides publiques à la formation

Depuis le début de la crise, survenue de manière très brutale au 2e semestre 2008, l’industriel a en effet tout mis en oeuvre pour en réduire les conséquences sur l’emploi, voire retarder les décisions. Beaucoup d’employés du groupe Lohr le savent, de même qu’ils connaissent bien la réalité économique de la maison.
C’est sans doute ce qui explique pourquoi les élus du personnel n’ont pas réclamé, hier matin, une contre-expertise du projet : « La réunion s’est déroulée dans un bon esprit. Il me semble que les élus du personnel ont été convaincus par les arguments de Robert Lohr et les perspectives présentées. Les salariés le croient lorsqu’il explique qu’il va se battre pour chaque emploi. Nous allons bien sûr discuter du détail des mesures du plan de sauvegarde de l’emploi dans les prochaines semaines », affirme le directeur des ressources humaines Léonard Specht. Le 5 décembre 2008, on s’en souvient, Robert Lohr avait provoqué un véritable électrochoc en annonçant entre 100 et 400 suppressions d’emplois, mesure imposée par la crise après des journées de chômage technique.
Au fil des semaines et des discussions début 2009 avec les représentants du personnel, ce plan avait été réduit à 131 puis à 98 suppressions de postes. Ce qui reste évidemment trop pour une entreprise soucieuse de conserver ses compétences. Lohr avait notamment signé il y a un an avec le conseil régional la première convention d’aide d’urgence à la formation des salariés en chômage partiel. Une idée alors défendue bec et ongles par Adrien Zeller, justement dans le but de préserver le savoir-faire des entreprises régionales à fort potentiel.

Les soubressauts du marché automobile

Un an plus tard, les remorques porte-voitures, longtemps le produit phare du groupe, sont cependant toujours victimes d’une forte mévente, les acheteurs de ces matériels ayant tout fait pour en prolonger la durée de vie et éviter d’acheter du neuf : les trois quarts de la production ont été perdus ! Avec les soubresauts du marché automobile, artificiellement dopé par les primes à la casse, la visibilité est très faible. « J’ai été trop optimiste. Je pensais que la reprise interviendrait au deuxième semestre 2009 », explique Robert Lohr. L’industriel a aussi réduit fortement l’emploi dans ses unités à l’étranger, en Turquie, aux États-Unis et en Serbie, préservant son unité alsacienne.

Tram sur pneu :
technologie améliorée

Les produits de remplacement sont connus. C’est le wagon de ferroutage (transport de camions par voie ferrée) Modalohr, dont l’industriel n’hésite pas à préfinancer la fabrication, et le tramway sur pneus Translohr. Deux belles innovations, pas faciles à vendre.
En ce qui concerne les wagons, activité la plus porteuse en termes d’emplois, Lohr espère toujours une commande pour l’axe Atlantique après le succès du service Bettembourg-Perpignan qui assure trois rotations quotidiennes. Plusieurs élus alsaciens s’activent discrètement à Paris pour pousser à la décision. Mais Modalohr n’attend pas de commande importante avant le 2e semestre 2010.
Pour ce qui est du tram sur pneus, outre ses contrats à Clermont-Ferrand, en Italie et en Chine, la marque disposera à terme de deux lignes installées au nord et au sud de Paris, qui auront certainement un effet vitrine. Le groupe alsacien a approfondi son offre technologique en proposant une voie en éléments de béton préfabriqués et en mettant au point un système d’alimentation sans caténaire très innovant, appelé Wipost. Cependant la charge de travail pour 200 rames de tram en commande ou en cours de négociation ne fera sentir ses effets qu’en 2011.

Source:

DNA 25 mai 2010


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Milakovic 141 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte