Magazine Beaux Arts

Portrait d'une négresse, Marie-Guillemine Benoist

Publié le 01 juin 2010 par Kenza
Portrait d'une négresse, Marie-Guillemine BenoistMarie-Guillemine Benoist (1768-1826), Portrait d'une négresse(C) RMN / Gérard Blot. Musée du Louvre, ParisCliquez sur le portrait pour voir la vidéo***Ce splendide portrait représente à l’évidence une personne réelle, bien qu’on ne sache rien du modèle. L’artiste n’a pas fait connaître le nom de cette femme à la tête drapée dans un fichu de servante des Antilles.
Cette femme noire se présente dans une situation non conforme à sa condition de domestique, qui était probablement même celle d’une esclave avant 1794. Le regard directement tourné vers le spectateur, assise dans un fauteuil à médaillon drapé d’un riche tissu, elle occupe la place traditionnelle d’une femme blanche.
La pose reprend celle de plusieurs portraits de femmes de la haute société peints par David. Elle s’apparente à celle de Madame Récamier sur le célèbre portrait que David compose en cette même année 1800. Le style du maître transparaît aussi dans le fond dépouillé, dans l’usage minimal des accessoires – fauteuil, draperie et vêtement -, comme dans le modelé sculptural des formes, l’éclairage direct et les couleurs tranchées.
L’œuvre fait ressortir la différence raciale en rendant avec exactitude la pigmentation noire de la peau rehaussée par le fond clair et l’éclatant tissu blanc, la texture des cheveux et la forme particulière des yeux, du nez et des lèvres. Mais l’artiste réussit à rendre beau un sujet que l’époque considérait comme laid.
Le regard intrigue par son insistance; est-ce le spectateur ou l’artiste qui la peint que cette femme entraîne dans cette confrontation? L’aisance gracieuse et l’harmonie des couleurs apprises de Mme Vigée-Lebrun imprègnent aussi ce portrait d’une empathie qui suggère une compréhension par l’artiste de son modèle. Son anonymat a permis de la dénuder, à la manière de la Fornarina de Raphaël. Mais l’artiste rend sensible la situation psychologique vulnérable et résignée, de cette femme dans cet univers qui lui est étranger.
L’œuvre pourrait ainsi avoir deux objectifs apparemment contradictoires : présenter cette femme noire comme un objet de possession, un bien acquis parmi des objets de luxe, mais aussi, au-delà de la différence raciale, la faire reconnaître comme un être doué de sensibilité.Source et suite de l'article L'histoire sur l'image

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Kenza 4520 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines