Magazine Cinéma

Sur la plage abandonné…

Par Borokoff

A propos de Infectés des frères Pastor 0.5 out of 5 stars

Sur la plage abandonné…

Menacés par un virus mortel, quatre jeunes américains tentent de rallier coûte que coûte le Golfe du Mexique et ses plages ensoleillées pour échapper au fléau.

Encore un film sur la fin du Monde ? Oui, et encore un film américain. Mais cette fois, on rentre directement dans le vif du sujet. Pas le temps pour les présentations. Quatre jeunes (très « universitaires cools » américains) fuient la peste et le choléra et foncent à toute allure à bord de leur voiture surchargée (heureusement, ils n’ont pas oublié leur planche de surf !) sur les routes du désert. A peine le temps d’admirer les grands canyons que déjà les premiers obstacles et les « méchants » se dressent sur leur route.

Infectés, film sans surprise, recycle un nombre incroyable de films qui depuis deux ans traitent de la fin du Monde  traitée par les Américains. A tel point que cela en est devenu une obsession. On pense à La route, Le livre d’Eli, Prédictions, Le jour où la terre s’arrêta, 2012 ou encore Je suis une légende.

Ici, c’est un virus mystérieux qui est en train de tuer tout le monde. Peu de gens sont encore en vie. A mi-chemin entre Alerte ! et Phénomènes, Infectés est un authentique navet. Il regorge d’un tel nombre de clichés qu’il est  impossible de les énumérer ni de s’identifier aux personnages.

Deux des quatre jeunes sont des frères  unis (on le croit) « à la vie à la mort » depuis leur tendre enfance. L’un va rentrer à Yale et l’autre, beaucoup moins intellectuel et philosophe, est un sportif fonçant tête baissée dans les panneaux. Les dialogues n’échappent pas aux stéréotypes de la série Z et le film allant, on se désintéresse totalement de l’histoire qui est une somme de catastrophes malheureusement prévisibles et peu palpitantes.

Seul le moment final est assez original et moins convenu. Le héros,  isolé sur la plage, confie en voix off son désespoir et sa solitude totale, ce qui va à l’encontre des fins hollywoodiennes traditionnelles. C’est assez surprenant. Mais trop tard pour sauver le film du naufrage…

www.youtube.com/watch?v=pQ08mIfsBhc


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Borokoff 641 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines