Magazine Concerts & Festivals

Kasabian à l'Ancienne Belgique de Bruxelles, le 31 mai 2010

Publié le 31 mai 2010 par Concerts-Review

L'Ancienne Belgique accueillait hier soir les très, très attendus Kasabian.
 dsc02286pk.jpg
Pensez donc, le concert affichait complet depuis des lustres et le nombre de candidats  au suicide, dépressifs, cherchant une place à n'importe quel prix, peuplaient les forums sur le net et les alentours de l'AB.
Sur le coup de 18h30, une file bigarrée s'entasse derrière les barrières nadar déployées par la sécurité de la salle bruxelloise.
Ca sent le concert évènement, pas de doute là dessus.
Je me poste au 2e rang du balcon. Il n'y a plus qu'à attendre...
The Sore Losers en première partie laissent augurer d'un univers sonore intéressant au vu de leur morceau d'ouverture, hélas la structure trop similaire des compos de leur répertoire( riffs, break, passage lent et re-riff) a vite fait retomber mon enthousiasme. Pas mauvais, mais pas convainquant non plus.
Restait donc à attendre les héros de la soirée en sirotant une petite blonde.
21h00 précises, les lumières s'éteignent et c'est sous un tonnerre de cris et applaudissements que les 4 Kasabian, flanqués pour la circonstance de 2 renforts guitare/claviers, montent on stage. 
Ils sont là pour conquérir le monde.... et ce soir ils vont incendier Bruxelles !
Sergio Pizzorno, look psyché seventies, bandana autour de la tête,guitare en bandoulière plaque ses riffs cinglants et Tom Meighan en grand maître de cérémonie, lunettes noires et polo rayé marin, harangue la foule : "C mon Brussel !"

Et la foule de se lâcher comme un seul homme. 

La folie s'empare de l'AB et ne la quittera plus pendant 80 minutes.
On pense aux meilleures heures d'Oasis faisant danser des stades entiers au rythme de leurs hymnes rock.
Que les frères Gallagher ne se fassent plus de bile, la relève est assurée : Kasabian va devenir énorme, c'est une certitude !
Le son est monstrueux, sombre et dansant à la fois, les guitares s'entremêlent et la section rythmique époustouflante ,véritable charpente sonore, soutient l'édifice Kasabian avec maestria.
Les titres du 3e album «West Ryder Pauper Lunatic Asylum» prennent leur véritable dimension sur scène. Ces compos,déjà excellentes à l'écoute du disque, deviennent en live autant d'hymnes incontournables, chantés à l'unisson par plus de 2000 gorges déployées.
La musique de Kasabian vous colle au mur, vous ouvre les tripes puis vous emmène loin , très loin, au coeur d'un monde psyché rock, au sein de territoires inexplorés où sévissent parfois "Vlad the Impaler"...

Le band plonge l'auditeur dans son univers, et ne se contente pas d'aligner les hits.

dsc02298a.jpg

Et puis il y a ce "son Kasabian", immédiatement reconnaissable et la voix excellente de Tom Meighan.  
"Where Did All The Love Go?", "Take Aim’',"Empire", "The Doberman", "Club Foot ", autant de moments d'anthologie qui se succèdent sans répit.
En rappel Tom Meighan rendra hommage à Dennis Hopper, décédé récemment ,et le groupe portera l'estocade avec "Fire" enchaîné à "Vlad the Impaler". 
Moment de folie pure !
C'est le délire dans la salle du 1er rang au balcon. 
Tom Meighan n'en revient pas : " You're crazy Belgium" thank you very very much ! "
Et le groupe de nous asséner "LSF" comme une dernière balle dans la tête avant de nous abandonner moribonds mais extatiques, dans une marre de sang.
Le serial killer sonore a frappé ce soir à l'AB, faisant 2000 victimes, nul doute qu'il frappera encore dans le futur et plus fort !
Espérons que la police ne l'arrête jamais...
dsc02376yh

  1. Fast Fuse
  2. Shoot The Runner
  3. Underdog
  4. Where Did All The Love Go?
  5. I.D.
  6. Processed Beats
  7. Reason Is Treason 
  8. Julie & The Mothman
  9. Thick As Thieves
  10. Take Aim
  11. Empire
  12. The Doberman
  13. Club Foot


Encore:

  1. Fire
  2. Vlad The Impaler
  3. L.S.F. (Lost Souls Forever)

JP Rock: keeponrocking.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Concerts-Review 35011 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte