Magazine Culture

Anthologie permanente : André Pieyre de Mandiargues

Par Florence Trocmé

En écho au poème de Reiner Kunze proposé hier dans l’anthologie permanente.  
 
 
CE GONG 
 
Ce gong c’est en dehors 
mais où est-ce ?  
 
Dehors qu’est-ce 
Et où suis-je ? 
 
Ce gong est-ce moi hors de moi 
Ou en moi ? 
 
Ce bruit de fer 
Porté par l’air 
À mes oreilles 
Si j’étais sourd 
Puissé-je l’être 
Il serait rouille 
Braise dans l’eau 
Rat mort 
Os carié,  
 
Les fruits d’hier 
À quelles dents 
Sont-ils échus ?  
 
L’oncle et la nièce 
Où est-ce 
Qu’ils sont allés ? 
 
Et la liesse 
Qu’une saison 
Je souhaitai ? 
 
L’ai eue, 
 
Gong 
Ou marteau 
L’ouïe est enclume 
Le sang bouillonne, 
 
Massue la pensée 
Alors j’écoute et geins,  
 
Me tais,  
 
Qu’est-ce ? 
 
Le dedans résonne,  
 
L’écho des idées 
Tonnant revient,  
 
Est-ce en moi-même 
Que je suis pilonné ?  
 
Suis-je ce gong 
Par corps 
Ou par défaut ? 
 
Ce gong il faut 
Qu’il cesse, 
Que je sois hors 
 
Ou que l’intérieur clame,  
 
À voix de nez,  
 
Ni pis ni mieux qu’il ne sut faire 
Naguère 
Et que misère cent fois je l’entendis. 
 
 
André Pieyre de Mandiargues, L’Age de craie, suivi de Dans les Années sordides, Astyanax, et Le Point où j’en suis, Poésie/Gallimard, 2010, p. 341.  
 
André Pieyre de Mandiargues dans Poezibao :
biobibliographie, extrait 1, notes sur la poésie, extrait 2 
 
 
 
S’abonner à Poezibao
 
Une de Poezibao 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines