Magazine Cinéma

Big Fish

Par Silice
Big FishIl est toujours difficile de chroniquer les films que l'on, adore alors soyez indulgents.
Je ne suis pas une énorme fan de Burton, bien sur j'aime beaucoup une majeure partie de son oeuvre même si je commence à prendre un certain recul vis-à-vis du cinéaste, néanmoins Big Fish reste l'un de mes films préférés.
On y voit un homme, la trentaine, essayant de comprendre son père, de le redécouvrir. Son père est doté d'une imagination débordante, il aime la vie, voyager, découvrir des choses mais ce qu'il aime aussi c'est brodé de magnifiques histoires autour de sa propre vie, ça donne des choses plus ou moins extraordinaire. On voit la vie d'Edward Bloom à travers ce qu'il a pu raconter, comme dit dans le film, on ne peut le dissocier de ses contes, de ses dires.
On plonge donc dans l'imagination de quelqu'un, le récit est pittoresque et nous fait voyager, chacune des histoires qui construise la vie d'Edward Bloom sont plus belles les unes que les autres. Certaines peuvent faire pleurer, d'autres peuvent faire rire et d'autres encore sont juste là pour nous faire rêver.
Tout l'imaginaire de Burton  se retrouve dans cette oeuvre qui est pourtant bien différente de ses autres films, bien que certaines scènes ait une ambiance assez malsaine (les visites à Spectre par exemple), le film n'est pas sombre, il est coloré, chantant, doté d'un imaginaire rêveur mais il n'est pas aussi sombre que les autres Burton.
Danny Elfman est toujours présent , toujours aussi reconnaissable, la BO n'est tout de même pas aussi marquante et aussi importante que dans Edward aux mains d'argent par exemple.
Big Fish
Parlons des acteurs à présent, le casting est d'or : Ewan McGregor en jeune aventuriers qui n'a peur de rien et prêt à tous les sacrifices, Albert Finner dans le rôle du grand conteur qu'est Edward Bloom, un Ewan McGregor vieilli qui n'est toujours pas fatigué de raconter des histoires. Dans le rôle de leur bien aimé, on peut voir Alison Lohman et Jessica Lange (ressemblance frappante entre les deux actrices, toutes deux magnifiques) et puis en vrac, Billy Crudup, Marion Cotillard (premier films américain pour la frenchie qui est à présent bien habituée à Hollywood), Danny Devito, Steve Buscemi, Helena Bonham Carter...
Tous sont très bons et parfait dans leur rôle, mention spéciale à Jessica Lange !
Big Fish
Dans Big Fish chaque scène est une oeuvre d'art, chaque image est à garder. Chaque dialogue est à citer ! On rêve, on sourit, on pleure. Un moment de poésie et de rêve comme on en connait rarement au cinéma.
20/20

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Silice 12 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines