Magazine Cinéma

Comme des voleurs (à l'Est)

Par Ffred

 ♥

Un film de et avec Lionel Baier, Natacha Koutchoumov, Alicja Bachleda-Curus, Stéphane Rentzik, Bernabé Rico, Michal Rudnicki

Comédie dramatique, Suisse, 1h52

Sortie en salle le 5 décembre 2007

Ma note : * * * *

Synopsis

Un couple s'enfonce dans la nuit au volant d'une voiture "empruntée" à la Radio Suisse, comme des voleurs. C'est Lucie et son frère Lionel, enfants d'un pasteur vaudois, et potentiellement descendants directs d'une famille polonaise. Mais rien n'est moins sûr. Ce qui est sûr, c'est la course-poursuite en Slovaquie, les usines désaffectées de Silésie, la voiture volée, le mariage blanc, l'étudiant de Cracovie, les faux passeports, les vrais ennuis, la route pour Varsovie, l'aventure, enfin. Et quelque part en Pologne un cheval qui se noie, nuit après nuit.

Critique

Voilà un film suisse à découvrir, ô combien intéressant, mais qui risque de ne pas trouver son public à la vue de sa sortie dans sept salles en France seulement (dont deux à Paris) ! Après un premier film racontant l'histoire d'un jeune gay Garçon stupide en 2005, Comme des voleurs (à l'Est) nous conte l'histoire d'une famille et plus particulièrement celle d'un frère et d'une soeur, avec quand même en toile de fond l'homosexualité du héros, bien que cela ne soit pas le sujet principal du film.

Si Lionel (le réalisateur/scénariste/acteur du rôle principal c'est attribué son vrai nom civil) part sur les routes de l'Europe de l'est avec sa soeur sur un coup de tête, c'est plutôt dans une quête identitaire familiale que dans une recherche d'identité personnelle ou sexuelle. Car même si des doutes le taraudent sur ce sujet (en fait à cause de cette quête familiale), ils seront bien vite balayés dès qu'il faudra passer à l'acte avec le sexe opposé ! Les scènes sur ce sujet sont d'ailleurs très drôles, tout comme l'ensemble du film. Plus comédie dramatique, que comédie, on navigue sans cesse entre le drame sous-jacent et le burlesque total. Mais cela ne nuit en rien, bien au contraire, à l'équilibre du film. Le tout est fait sur un ton assez décalé, mais aussi très frais, et même revigorant, alors que sur le papier ce n'était pas gagné. Malgré quelques baisses de régime, on ne s'ennuie pas une seconde et les 1h52mns passent très vite.

  

Beaucoup de scènes sont très franches, natures et tournées de telle façon que l'on a souvent l'impression d'être dans un documentaire. Tous les acteurs étant quasi amateurs, il se dégage une certaine spontanéité et  fraîcheur de l'interprétation, sauf peut être de Lionel Baier lui-même qui a parfois plus l'impression de réciter son texte que de jouer. Natacha Koutchoumov est éblouissante et incroyablement juste. Elle a un petit quelque chose, et même une ressemblance physique, en commun avec Anamaria Marinca l'héroine de 4 mois 3 semaines et 2 jours, une aisance, une vérité, un charisme très particulier.  Tous les autres sont aussi parfaits, que ce soient les garçons ou les filles non contents d'être bons ils ont aussi tous très sexy et séduisants (à part peut être les garagistes polonais !)

Voilà donc un petit film suisse formidable, une autre bonne surprise de cette fin d'année, sorti dans l'anonymat le plus total mais qui gagne a être connu et vu. Un road-movie tendre, attachant, drôle, nostalgique, mais jamais triste ni pathétique, et au final plein d'espoirs. Une mise en scène simple et direct, un scénario fin et intelligent, sans clichés ni jugement.  Bref un beau film à voir (enfin dans la mesure du possible...comme le dit Melissa  "Coup de gueule contre l'exploitation ! "...)...

Après I'm not there et Souffle, un troisième coup de coeur consécutif, c'est beaucoup mais l'année n'a pas été très vraiment palpipante, alors...

 

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ffred 143 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines