Magazine Culture

Ipad : l'avenir du lectorat

Par Bscnews
Ipad :  l'avenir du lectoratPar Nicolas Vidal - BSCNEWS.FR / Alors que l’IPAD connaît un succès retentissant outre-atlantique, certains acteurs du livre se réconfortent déjà à l’idée que la tablette graphique d’Apple comme d’autres supports de ce type pourraient amorcer l’essor tant attendu du livre numérique et d’un retour massif à la lecture. Dangereuses suppositions autant hypothétiques qu’incompréhensibles.
Depuis quelques mois déjà, l’apparition de ces nouveaux supports du Kindle passant par le Reader n’ont pas modifié les habitudes des lecteurs et de la société en général. D’ailleurs, les professionnels et les partisans de cette nouvelle ère culturelle sont avares de chiffres lorsqu’on tente d’estimer le développement de leurs structures et en conséquence du livre numérique.
Car le livre numérique se doit de conquérir deux lectorats bien distincts.
D’une part, les lecteurs investis qui sont profondément attachés au livre en tant que pilier culturel fort de notre société. D’autre part, les lecteurs moins boulimiques de textes et plus impulsifs dans l’achat qui dépend bien souvent de la célébrité ou de l’actualité du sujet traité. La nonchalance de ce lectorat à lire régulièrement ne semble pas pouvoir être endiguée par l’apparition de l’écran. Question subsidiaire : Comment imaginer un Harlan Coben, un James Ellroy, un Guillaume Musso ou un Marc Lévy dédicacer leurs livres avec un stylet ?
Les supports numériques quels que soient leurs formes, leurs couleurs, leurs poids ou leurs définitions d’écran ne provoqueront pas une hystérie collective vers la lecture.
De plus, le livre fait appel à deux facultés humaines irremplaçables et immuables: le toucher et l’odorat. Quel lecteur ne prend pas plaisir à caresser le grain du papier, à soupeser et à retourner le livre ? Et n’y a-t-il pas une certaine satisfaction à sentir un livre pour profiter au mieux des effluves d’un univers à part entière ?
Car chaque livre porte en lui un univers propre. Toute la technologie numérique, malgré sa bonne volonté mercantile, ne pourra jamais posséder l’essentiel de ce que contient un livre : l’humanité.  Car numériser l’humanité est tout simplement impossible et pas souhaitable.
Le livre numérique aujourd’hui m’apparaît comme un mirage culturel qui satisfera, à mon sens, les seuls adorateurs des gadgets et les fétichistes des gigas octets. Pour preuve, le lancement peu concluant de Gallica comme grande bibliothèque numérique le démontre tant l’enthousiasme autour de cet «événement» a été bien pâlichon. Mais d’autres Waterloo de la lecture sur écran sont à venir.
Penser aujourd’hui que le format numérique remplacera à moyen ou à long terme le livre a quelque chose d’absurde, tout comme l’idée qu’il pourrait s’affirmer comme un marché juteux. L’idée fondamentale cachée sous la brume de ce faux débat, est que le livre amorce un déclin important.
Ainsi, on peut s’interroger aujourd’hui sur l’inquiétante désaffection pour le livre et ce qu’il comporte de central pour une société quelle qu’elle soit.

Car les lecteurs deviennent petit à petit une espèce en voie de disparition au coeur d’un écosystème promis à un sombre avenir. Le livre ne sera pas destitué par son faux frère numérique. Si le livre doit mourir, il disparaîtra seul sans héritier, ni félon pour lui succéder.

Retour à La Une de Logo Paperblog

LES COMMENTAIRES (1)

Par Jean-marie
posté le 16 juin à 21:08
Signaler un abus

Il y a quelques centaines d'années, un scribe a sans doute dit que le fait d'imprimer plûstot que de calligraphier, déshumanisait la relation entre l'écrivain et le lecteur. La beauté des lettres, les enluminures ne pourraient jamais être remplacées par des lettres toutes pareilles sur du papier sans âme. On connait la suite. Les informations sont déjà majoritairement sur support numérique pour une tranche importante de la population. Les périodiques papier sont presque tous au bord de la faillite sauf ceux qui ont fait rapidement le virage internet. le livre suivra dès que le support sera adéquat. Je lis en ce moment les trois mousquetaires sur un livrel sony de bas de gamme. J'y trouve le même plaisir que sur du papier. Ce n'est pas l'objet qui importe. Ce sont les idées.

A propos de l’auteur


Bscnews 324555 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines