Magazine Culture

Eysines Goes Soul 2010 - Day #1

Publié le 15 juin 2010 par Mikatxu @crystalfrontier
Eysines Goes Soul 2010 - Day #1Petit festival deviendra grand ? En tout cas, pour cette 7ème édition, Eysines Goes Soul, organisé par les bons soins d'Allez les Filles, passait donc à deux jours consécutifs, histoire de pouvoir étendre l'affiche. L'événement devenait payant, mais le prix modique et la mise à disposition de places gratuites pour les habitants de la ville s'ajoutaient à la bonne tenue de la programmation pour faire de l'événement un succès.
J'arrive sur le coup de 17h30 environ, et apparemment, j'ai loupé le passage de Thee Vicars, le groupe anglais. C'est donc les Hurly Burlies qui montent sur scène. Eux, ce sont cinq gaillards plus forcément très jeunes, en formation classique pour un groupe qui mélange soul, garage et rock des débuts (claviers, guitare, basse, batterie). Très bons musiciens, qui semblent avoir bien roulé leur bosse, ils sonnent du coup presque trop "clean", très appliqués. Le set se déroule bien, avec ce qu'il faut d'énergie, et il y a un côté chouette à voir ces grands gars continuer à jouer leur musique par pur plaisir, malgré un public assis pour la plupart. La passion est clairement leur moteur !
Le MySpace des Hurly Burlies
Après... Une goutte. Deux gouttes. Beaucoup, énormément : c'est le déluge ou presque, pendant deux heures. Il y a quelques abris, mais rien de suffisamment consistant pour abriter la grosse centaine de personnes. Tant bien que mal, je grappille un abri sous un bout de bâche, et j'attends. A 21h, il en reste plus rien dans les réservoirs du nuage au-dessus du domaine du Pinsan. Le sol est certes un peu plus boueux, mais très praticable. C'est donc à Jessie Evans de monter sur scène. Si le fond de l'air est frais, elle n'a pas pour autant froid aux yeux. Dans une tenue qui tient pas mal du cabaret, la voilà qui se démène, avec un haut très échancré et des collants déchirés soigneusement (ce qui ne va pas en s'arrangeant au fil du concert, vu comme elle se démène). Je parle chiffons et tenue, parce qu'en fait, musicalement, j'ai trouvé ça assez inintéressant. Gros melting-pot avec des influences samba, pop, electro, soul funk (et le reste aussi), l'omniprésence des bandes sur lesquelles est enregistrée une bonne partie de la musique réduit presque au silence Toby Dammit, le batteur, et rend finalement assez vain les chansons. Comme côté provoc, c'est finalement bien sage, et musicalement assez plat, donc je reste très froid devant cette liane qui s'agite aux soubresauts de la musique.
Le MySpace de Jessie Evans
Le temps revenu au beau fixe, aucune raison de ne pas profiter dans de bonnes conditions du concert de The Zombies, évidemment le groupe tête d'affiche. Fondé en 1959, le groupe a connu pas mal de succès dans les années 60, et a signé un disque magique, "Odessey and Oracle". Reformés depuis 2004 (sans Chris White, le bassiste original, ni Hugh Grandy), nos Zombies ont toujours dans leurs rangs Colin Blunstone, Rod Argent et Jim Rodford. Et comme ce que j'avais pu lire sur leurs prestations des années passées, ils peuvent encore en remontrer à bien des jeunes groupes. Les chansons sont toutes impeccables, et l'interprétation ne souffre pas de l'âge avancé des musiciens. Ils n'ont clairement pas oublié comment retranscrire des chansons pop, comment jouer des mélodies qui rentrent en tête rapidement. Alors oui, Colin Blunstone a l'air un peu absent, mais Rod Argent pète la forme, communique beaucoup, et des chansons comme "Beachwood Park", "I Want Her, She Wants Me", "She's Not There" ou "A Rose For Emily" sont autant de classiques, toujours aussi beaux à entendre, même plus de quarante ans après leur écriture. Et comme ils sont en studio, ils ont interprété deux chansons qui y figureront, dont la jolie ballade "I Do Believe". Bref, c'est une prestation magnifique qu'ont offert les Zombies, et le public très présent ne s'y est pas trompé.
Le site officiel
Après, clôture de soirée avec Bibi Tanga & the Selenites. Le mélange entre trip-hop et soul ne m'a guère convaincu, et il est tard, donc je décide de ne pas rester pour l'intégralité de la prestation du groupe. Rideau donc pour ce premier jour !

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Mikatxu 904 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines