Magazine Culture

Les raisins de la colère, John Steinbeck

Par Wellreadkid

http://paturage.files.wordpress.com/2010/03/les-raisins-de-la-colere_john-steinbeck_080919095112.jpgAuteur incontournable dans le paysage de la littérature américaine, Steinbeck est notamment connu pour ses peintures d’américains moyens dans un pays ravagé par la crise boursière de 1929 et par les sécheresses qui jetèrent des milliers d’Américains sur les routes. Immortalisés par les livres de Steinbeck et les photographies de Dorothea Lange, ces milliers d’américains subirent tour à tour la grande dépression et le « dust bowl ».

Dans « les raisins de la colère », Steinbeck dresse le portrait d’une famille, les Joad. Métayers de père en fils, la terre est tout ce qu’ils possèdent. Quand Tom Joad, le fils de la famille, revient chez lui après quatre ans de prison, il découvre sa maison ravagée, ses champs ensemencés jusque sur le pas de la porte, son puits bouché. Suivi par l’ancien pasteur Jim Casy, il retrouve bientôt les siens, logés provisoirement chez son oncle. On lui explique que les banques ont saisi leurs terres, qu’on les a chassé. Qu’à cause du Dust Bowl qui a ruiné les cultures, les Joad n’ont pas pu honorer leurs dettes. Reste un espoir, la Californie. Un pays « de lait et de miel », où on n’a qu’à tendre la main pour cueillir une orange, une pêche, où l’on peut avoir une jolie petite maison blanche au milieu des vergers. Bientôt, toute la famille se met en route et quitte l’Oklahoma. Mais arrivés sur place, la déconvenue est à la hauteur des espérances de ces pauvres gens, qui découvre une terre d’exploitation, le mépris des californiens envers les « okies », la faim…

http://www.iletaitunefoislecinema.com/theme/efc/fichier/galerieimage/315/4826e2568d3bf-grapesofwrathjpg.jpg
On estime qu’environ trois millions de gens ont migré, entre 1933 et 1935, vers la Californie, principalement de petits fermiers venant de l’Arkansas et de l’Oklahoma. On estime également que le roman de Steinbeck est une peinture des plus fidèles de la vie de ces pauvres gens. Voyage au fil de la mythique route 66, « Les raisins de la colère » offre un récit touchant, et une réflexion intéressante sur les hommes et la terre. La terre est ce dont tout homme rêve. A travers Tom Joad, le lecteur se révolte : un homme ne devrait pas avoir à quitter une terre pour laquelle ses ancêtres se sont battus, et qui a nourris des générations de sa famille. Un homme se sent chez lui, quand il a trimé sur un champ pour en tirer sa subsistance. On se révolte également au sujet de la politique d’embauche en Californie (on fait venir 5000 hommes quand on a que 1000 places, on les pousse à la famine, de manière à pouvoir les payer le moins possible), les arrestations arbitraires, la violence et le mépris des adjoints californiens…

http://marizz.files.wordpress.com/2009/03/111179-dorothea20lange_migrant_mother.jpg

Roman passionnant entrecoupés de courts chapitres plus généraux, on se prend d’emblée d’amitié pour les Joad (enfin, pour la plupart de ses membres. Personnellement, j’ai eu beaucoup de mal à supporter les caprices de Rosasharn et de Ruthie, les deux filles de la famille), en particulier Tom et sa mère, un personnage fort, prêt à tout pour garder sa famille unie. Des dialogues vifs, des personnages hauts en couleur, et une peinture très réaliste d’une période très dure de l’histoire américaine font de ce roman un incontournable.

Steinbeck obtint le prix Pulitzer et l'adaptation du film obtint l'oscar du meilleur film en 1940.

Photos : 1) Les raisins de la colère, édition Folio 2) Photographie issue de l'adaptation cinématographique 3) une photo de Dorothea Lange représentant  " a migrant mother ", une de ces mères jetées sur les routes.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Wellreadkid 75 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines